Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 30 septembre 2014

Goldofaf : Le Combat de Demain… à la 8e Journée de Synthèse nationale !



Goldofaf : Le Combat de Demain




Dimanche 12 octobre, à Rungis, 8ème Journée de Synthèse nationale !


lundi 29 septembre 2014

L'Amérique, Israël et les politiciens occidentaux face à l'islamisme…


Un éditorial du site algérien Liberté-Algérie.com… Un article qui dégorge la haine… Mais nous voulons bien croire que cela a fait un grand bien à l'auteur, Ksel Sid Cheikh, de s'être ainsi soulagé et qu'à présent apaisé il serait accessible à un échange un brin dépassionné… D'autant plus que malgré des propos difficilement acceptables de tout Européen ayant longtemps côtoyé l'islam, y compris du temps de la colonisation, les propos de Ksel Sid Cheikh recèlent bien des vérités concernant les USA, les monarchies pétrolières et nos dirigeant occidentaux actuels suivistes des USA au service des intérêts israéliens… Il est bien évident que le grand désordre installé au Moyen-Orient, en faisant diversion, profite d'abord à Israël… De là à ce qu'Israël manœuvre pour encore davantage de malheurs pour les Arabes, musulmans ou chrétiens… Quant à l'Islam pourquoi les Musulmans eux-mêmes ne feraient-ils pas l'effort de mieux l'expliquer à ceux qui l'attaquent ? Peut-être en contextualisant et en se désolidarisant de certains passages du Coran… Après tout, si à l'origine Mohamed a reçu la parole de Dieu, c'est le calife Ousman (عثمان) qui, quinze ans après la mort du prophète, a remanié le texte et a gommé la chronologie de ce Coran, devenu canonique, pour en faire une arme politique… Pourquoi ne pas déclarer franchement que depuis le califat d'Ousman les temps ont bien changé…




Le complot judéo-chrétien contre l’Islam et contre les Musulmans, se confirme et se concrétise par l’intervention de la coalition occidentale. La guerre des Croisés a déjà commencé criminellement furieusement entamée par les génocidaires américains, qui usent de mensonges, avec des prétextes et des alibis fallacieux, identiques à ceux utilisés avant l’invasion de l’Irak pour plonger ce pays dans une terrible guerre dévastatrice, destructrice et inhumaine. L’Irak a été complètement détruit par la coalitions des pays occidentaux. Les Occidentaux usent et abusent de leur domination sur le monde et sur l’ONU qu’ils considèrent comme une institution hybride placée sous tutelle de la Maison Blanche. La campagne de propagande mensongère des pays de la coalition criminelle se mobilise pour détruire les Musulmans et éventuellement effacer la religion de l’Islam de la planète et ils nous demandent à nous musulmans de nous désolidariser des terroristes, comme si tous les Musulmans du monde entier étaient des terroristes ? Les Américains se trouvent engagés dans une spirale de violence inextricable dans laquelle ils ne peuvent plus faire marche-arrière, dans une horrible guerre, ils ont besoin de complices et de valets pour justifier ce génocide prémédité et pour tromper tout le monde. Les génocidaires américains usent de stratagèmes et de subterfuges débiles pour tromper l’opinion mondiale sur leur cuisants échecs. Il semble que les faucons conservateurs de la Maison Blanche qui dominent la politique des génocidaires, usent de leur grande influence pour orienter les Américains vers une logique d’une guerre de croisade contre l’Islam avec pour objectif l’anéantissement de tous Musulmans, principalement les Musulmans qui sont contre les Saoudiens et les monarchies féodales soumises aux Occidentaux. Les Musulmans de l’Europe, notamment ceux de France sont objectivement visés, comme le confirme la propagande des Juifs qui réclament que la France chasse tous les Musulmans de France. Il y a le plus de place pour la haine, la confrontation violente, et les tension entre les communautés. Toute cohabitation serait impossible. Les Américains, sont responsables du désordre et des troubles dans le monde. Les Américains qui n’envoient plus de troupes terrestres, procèdent au recrutement des jeunes Arabes et Musulmans dans tous les pays. Parmi les mercenaires recrutés, il existe des criminels libérés des prisons, des chômeurs, des repris de justice, des drogués, des bandits, des truands, des malfaiteurs, des déserteurs, des voleurs recherchés, toute une racaille, ramassis de déchets les plus affreux et les plus grands pécheurs, les plus maudits de la terre. Ils sont affectés dans les unités des réseaux terroristes, encadrés par les spécialistes de la C.I.A. et du Mosad. Ces djihadistes, sont des criminels, ils ont pour mission principale, "tuer les Arabes et les Musulmans". Ce sont des traîtres, des lâches, des marionnettes sans conscience, des instruments pour terroriser les populations, commettre les crimes et les génocides au nom de l’Islam, pour le discréditer et ternir l’image de la religion islamique, une religion de paix et de fraternité. Ces massacres se passent dans les pays musulmans et pays arabes, et jamais ailleurs, ni aux État-Unis, ni en Europe, le pétrole ne se trouve pas en Europe. Les djihadistes sont financés par les Wahabites Saoudiens, les valets-domestiques des Américains.

Nous disons aux impérialistes génocidaires américains, que vos mercenaires, vos marionnettes, vos criminels, que votre guerre, c’est votre problème, pas celui des Musulmans qui n’ont rien avoir avec les régimes corrompus, qui sont maintenus au pouvoir par la force et la terreur. L’Islam, est une religion divine, la seule qui soit révélée par Dieu. L’Islam n’a nul besoin du soutien des génocidaires américains qui sont maudits par Dieu, ni des interventions des Occidentaux pour sauver et protéger notre sublime religion. Le plus grand malheur des Musulmans ce sont les pays occidentaux qui imposent aux peuples des dictateurs, de maudits roitelets, des tyrans, des sanguinaires, des lèches-bottes, des marionnettes, des béni-oui-oui, des corrompus notoires, de minables individus incompétents, des tubes digestifs, des médiocres et des traîtres, qui gouvernent leurs pays par la terreur et grâce au soutien de l’Occident, les domestiques des Occidentaux, tyrans de la pire espèce, lesquels bénéficient d’une totale impunité. Ils gouvernent les pays qui font allégeance aux impérialistes américains et leurs complices. Les pays occidentaux, ce sont eux qui fabriquent le terrorisme international, ce sont eux qui favorisent la corruption et le maintien par la force de régimes illégitimes sanguinaires. Ce sont eux qui sont les corrupteurs de la planète, les prédateurs- charognards de l’humanité ! Les dictateurs arabes et musulmans, les lèches-bottes des Américains, sont aussi, des malheurs pour les musulmans. Ce que l’opinion ne sait pas, les Musulmans n’ont pas besoin de l’aide des terroristes, cette peste de supplétifs, traîtres, les déchets de la société, qu’ils soient aussi maudits comme leurs maîtres, Allah nous protège des pervers génocidaires occidentaux. La puissance qu’ils possèdent, les criminels américains, n’est plus suffisante pour réaliser leurs besognes et leurs agressions criminelles. Ils fabriquent des plans et des complots mensongers, pour tromper les pays, ils savent qu’ils ne sont pas honnêtes avec leurs populations, ils savent qu’ils trichent et pour obtenir une adhésion adéquate, de pays complices, ils fabriquent intentionnellement des mensonges comme ce fut le cas de la guerre contre le Vietnam, comme l’alibi fomenté contre l’Irak, et aujourd’hui, ils tentent de tromper l’opinion mondiale sur les danger de l’État islamique, un état artificiel fomenté par eux pièce par pièce, ce sont les Américains, et leurs complices, qui ont fabriqué les guerriers d’Al-Qaida, ce sont eux qui ont créé toutes les sectes et les réseaux des terroristes dans le monde arabe et dans les pays musulmans dans but de déstabiliser les régimes hostiles aux impérialistes et capitalistes génocidaires de l’humanité. Ce sont les Saoudiens qui financent tous les réseaux du terrorisme mondial. Le mobile exact de toutes les interventions des américains et leurs alliés satellites repose sur la propagande et les mensonges, avec la complicité de l’Angleterre, de la France et de l’état artificiel raciste sioniste d’Israël. Dès leur première intervention en Afghanistan, avec la bénédiction de leurs domestiques-valets, lèches-bottes saoudiens, la domination des pays musulmans, était le prélude certain de ce qui allait se passer par les nombreuses interventions dans différents pays arabes et pays musulmans. Ce complot est basé essentiellement sur une guerre de croisade dirigée par les pays génocidaires occidentaux, à leur tête les Américains qui ne font aucun effort pour trouver des complices arabes lesquels financent toutes les dépenses des coûts de cette guerre barbare imposée contre les Musulmans. Pour situer le rôle des génocidaires occidentaux, il faut rappeler au lecteur la place prépondérante de la France dans tous les complots dirigés contre les Arabes et les Musulmans. Depuis la première Croisade en 1090, les Chrétiens européens génocidaires ont envahi la Palestine, et la France était l’organisatrice, l’animatrice, l’instigatrice de cette intervention contre les Palestiniens musulmans et chrétiens. Pour la première fois, les Musulmans et les Chrétiens ont vu de leurs propres yeux la vraie barbarie en matière de massacre, un bain de sang de tous les innocents qui n’ont jamais fait de mal aux Européens et qui n’ont commis aucun crime pour mériter ces ignobles carnages, des milliers de morts, de vieillards, d’enfants, de nourrissons, de femmes malades et enceintes, d’handicapés et de religieux musulmans et chrétiens, sauvagement décapités par les fous furieux volontaires français, anglais, espagnols, maltais, italiens, allemands, corses, belges, hollandais, suisses, danois et polonais, toute la racaille de l’Europe fut ramassée, recrutée pour former une armée de mercenaires, de criminels, de pillards, de voleurs, de sanguinaires et de barbares, aux crimes indescriptibles, les Européens désignés comme étant les croisés d’une coalition préméditée dirigée contre l’Islam, était des bataillons composés d’escadrons de la mort, des tueurs qui ne font aucune distinction entre les sexes et les âges des victimes, tous les habitants de ce pays qui avaient le malheur de se trouver sur le chemin de ces criminels, étaient morts, des milliers de femmes et de jeunes filles ont été violées systématiquement, puis égorgées par des haches tranchantes, ces Européens criminels était des monstres, plus cruels et plus sauvages que les barbares, ils dépassaient de loin tous les abjects monstres. Depuis que le monde existe, depuis que l’humanité existe, les plus féroces criminels, sont indiscutablement les sauvages européens et aucune race au monde ne pourrait jamais atteindre ce niveau de la plus haute barbarie des crimes, de tous les temps. L’Europe mérite un monument éternel que les membres de l’Assemblée générale de l’ONU placent sous tutelle de l’ONU pour rappeler aux humains et aux futures générations européennes, les crimes commis par les Européens colonialistes génocidaires, barbares, dans tous les continents au nom du christianisme et au nom d’une civilisation aveugle, raciste dirigée par des génocidaires sanguinaires colonialistes coupables de crimes impardonnables, inexcusables et leurs crimes demeure dans l’histoire imprescriptible, que nul peuple victime de colonisation barbare ne doit oublier, et aucun peuple victime de colonialisme ne doit oublier les misères et les souffrances infligées aux populations durant plusieurs siècles obscures, que la mémoire humaine ne doit jamais pardonner aux coupables de cette tragédie indélébile de cette cynique époque inhumaine de l’humanité de la barbarie des colonialistes qui fut abominable dans tous les domaines et depuis cette sinistre époque, la France n’a jamais était absente dans les massacres des Arabes et des Musulmans et ce n’est pas la première fois que la France figure parmi les coalisés mobilisés contre l’Islam et contre les pays arabes. Plus de 9 millions d’Algériens ont été massacrés par les colonialistes français, de 1830 à 1962, les historiens algériens possèdent des preuves irrécusables et indiscutables. La France, la fille ainée de l’Église catholique, est un pays fortement engagé, volontairement hostile à l’Islam et à chaque occasion, la France s’inscrit parmi les premiers pays à une quelconque intervention, pourvue, que la France y participe avec son armada militaire pour tuer les Arabes et les Musulmans. Le meilleur allié le plus solide, le plus engagé, le plus fidèle des sionistes sanguinaires et génocidaires, c’est la France qui ne cesse de se manifester dans tous les théâtres fabriqués par la C.I.A. et le Mossad.

Ce sont les pays occidentaux qui fabriquent les groupes terroristes, qui assurent leur entrainement dans les camps secrets, notamment en Arabie Saoudite, en Irak, au Liban, en France, en Afghanistan et au Tchad ; les Saoudiens, assurent le financement et la propagande de recrutement des jeunes ignorants tous les mécanismes de cette spirale de violence qui frappe tous les pays hostiles aux Américains et aux Saoudiens. Aujourd’hui les jeux et les stratégies sont plus clairs. Les dirigeants (et non les peuples) qui sont notoirement corrompus, souillés par la pollution de la lâcheté et de la traitrise, Saoudiens, Égyptiens, Irakiens, Libyens, Émiratis, Koweitiens, les Qataris, Libanais, Marocains, Algériens, Yéménites, Omanais, Pakistanais, Afghans, Somalis les valets de l’Occident sont comme les chiens dressés, ils suivent leur maître, les Américains, comme les Anglais, les Français et les Allemands. Toute cette pyramide est constituée d’une loge, sioniste mondiale, qui dirige le Congrès américain et la Maison blanche. Le président fantoche, occupe la fonction symbolique de figurant, il ne possède aucun pouvoir décisionnel, il exécute les instructions, pour faire croire à l’opinion mondiale, qu’il gouverne conformément à la Constitution américaine qui donne des pouvoirs exorbitants au Président soi-disant élu démocratiquement, il ne fait que valider les décisions prises par le cabinet occulte sioniste, en sa qualité d’ agent d’exécution, afin de permettre aux criminels américains de concrétiser les plans criminels et génocidaires des stratèges sionistes israéliens qui dominent l’Amérique, laquelle incarne Satan le maudit.

Il me semble, que parmi les dirigeants européens qui refusent de suivre les aventures des Américains, et qui ont eu le courage de refuser de participer à la guerre déclarée par le sinistre et criminel Bush, nous pouvons rendre un vibrant hommage au courage de M. J. Chirac et à son ministre des Affaires étrangère, M. Dominique de Villepin, qui ont dénoncé les mensonges des Américains et la mise en œuvre de cette agression préparée dès 2001, par le plus grand criminel de tous les temps, l’affreux individu, l’ancien vice-président de Bush, Dick Cheney, qui avait fait élaborer tous les plans de l’invasion de l’Irak, au seul mobile, de s’accaparer des puits de pétrole au profit de sociétés américaines. Depuis cette invasion, l’Irak a été détruit, il ne reste plus que les ruines, la désolation est partout, la démocratie promise, est devenue un cauchemar indescriptible, puis, la guerre, que la guerre, le monde occidental, ne connait comme solution aux problèmes qui se posent aux peuples, que les guerres. L’Afghanistan, le Pakistan, la Somalie, l’Irak, le Liban, la Libye, le Yémen, la Syrie et le coup d’État militaire en Égypte préparé par les Américains avec la collaboration scientifique des sionistes israéliens. La France intervient partout, sauf en Ukraine, pays chrétien, mais elle se manifeste dans tous les pays arabes et musulmans ; au Mali, pour tuer les musulmans, elle intervient en Afrique pour tuer les Musulmans, elle intervient en Syrie pour tuer les Musulmans, elle intervient en Irak pour tuer les Musulmans. Le Président Hollande le sioniste, n’a jamais pris la parole pour stigmatiser les massacres de la population musulmane de Gaza. Il ne faudrait pas s’étonner de son attitude complice de ce génocide, les habitants de Gaza sont musulmans.  Il ne fait pas l’amalgame entre Palestiniens et sionistes criminels israéliens, l’ennemi de toujours des Français sont les Musulmans, et notamment, pour les socialistes, ils sont fondamentalement et génétiquement contre les Musulmans et ils ne font aucune distinction entre Musulman croyant et un Musulmans athée ! Plus de 50 jours, la population de Gaza, vivait l’enfer, sous les bombes, pire que lors des bombardements des villes allemandes par les alliés des Américains, une population innocente, sous les débris d’immeubles détruits, bébés, nourrissons, enfants, femmes, hommes, vieillards, malades, handicapés, animaux, chiens, chats, bovins, ovins, hôpitaux, cliniques, écoles, mosquées, marchés, stades, immeubles d’habitations, rien n’a échappé aux destructions et aux massacres des innocents, leur seul crime, ils sont palestiniens qui refusent toute domination colonialiste. Durant plusieurs semaines, nous avons vu au moyen d’images insupportables, sommes-nous réellement des êtres humains, observant et assistant devant nos écrans un génocide qui dépasse les horreurs tolérables, les crimes monstrueux de bébés tués lâchement par des bombes, nous avons vécu des moments tragiques inimaginables que des nations dites civilisées puissent faire subir aux population une guerre atroce par son acharnement, par sa cruauté et par sa terrible manière d’exterminer toute une population, dans l’indifférence totale de la communauté mondiale. Avec un mépris qui frise tous les esprits sains. Dans ces moments pénibles et douloureux pour les Musulmans, nous n’avons pas enregistré de déclarations de personnes politiques des différents horizons, nous n’avons pas entendu des voix pour condamner les agresseurs sionistes coupables de génocides. Mieux encore, Obama, et son chien Hollande, avaient encouragés cette barbarie indescriptible. Depuis cette guerre infligée aux habitants de Gaza, les mercenaires recrutés par les pays occidentaux et par les sionistes saoudiens et israéliens, les djihadistes, les combattants pour la démocratie occidentale, une doctrine perverse et satanique ; se sont rebellés contre leurs maîtres occidentaux et ce fut une situation imprévisible, irréparable pour les Américains et les Français engagés dans plusieurs pays pour les déstabiliser et maintenir en place les dirigeants fantoches insignifiants. Les dirigeants actuels les valets-domestiques qui sont des criminels qui commettent les crimes les plus monstrueux au nom de la démocratie occidentale, ils sont protégés par leurs maîtres occidentaux, leurs crimes ne sont pas punissables, ni imprescriptibles. Les occidentaux ferment les yeux, lorsque les Saoudiens font subir les supplices les plus abjects aux militants engagés dans la lutte contre le pouvoir dictatorial, qu’ils accusent de tyran, de pervers et d’antidémocratique. Ces milliers de jeunes, sont arrêtés, puis décapités dans les places publiques, accusés sous divers prétextes, pour tromper la population et interdire à la population d’évoquer ces crimes commis contre ces innocents. Les victimes sont présentées devant un public préalablement préparé par une propagande orchestrée, faisant de ces victimes, des traîtres qui font partie d’un mouvement d’une organisation mondiale criminelle, lesquelles agissaient dans la clandestinité pour le compte des mécréants russes et européens (allusion aux démocrates européens athées) Les Américains, les Anglais, les Français qui savent ce qui se passe dans ce pays ne disent absolument rien, ils observent le plus grand silence, car les victimes sont des militants engagés pour le changement et pour la démocratie. Les militants ignorent que les Occidentaux sont farouchement hostiles à toute démocratie dans les pays arabes et musulmans. Tout changement radical est fondamentalement redouté comme une atteinte grave et incompatible à leurs intérêts en péril et toute forme coopération avec l’Occident serait remise en cause. Et les criminels Américains s’y opposent farouchement contre toute démocratie dans les pays arabes, laquelle serait susceptible d’échapper à leur contrôle, le cas de l’Égypte est révélateur.  Cette politique, n’est plus un secret, et l’appui apporté au coup d’état militaire en Égypte, illustre parfaitement la complicité des Saoudiens qui se sont déclarés ennemis des frères musulmans à cause de la liberté et démocratie. Les Américains et les Français, qui dirigent l’Algérie bloquent toutes les réformes et s’opposent formellement à tout changement pacifique démocratique. Ils appuient et protègent une momie qui est mort médicalement et cliniquement, et la France tente d’empêcher par tous les moyens, les démocrates algériens qui veulent et souhaitent l’application de l’article 88 de la constitution algérienne pour incompatibilité de l’exercice de fonction présidentielle frappée d’une incapacité prouvée médicalement à plus de 98 %. Toute alliance avec l’Occident constitue un malheur terrible pour le peuple et pour les institutions démocratiques. Les Algériens, ont le droit, le devoir, de s’insurger, de s’indigner et de se révolter contre la France sioniste et impérialiste, qu’elle cesse ses ingérences et ses influences néfastes et nuisibles pour le peuple algérien, capable de recommencer une seconde révolution pour se libérer des jougs de la France génocidaire et criminelle et du joug des traitres, valets-domestiques de l’Occident pervers et prédateur. Que s’est-il passé pour que soudainement les Américains, les Anglais et les Français se mobilisent pour alerter tous les pays du danger de l’État islamique, une pure invention des Américains et leurs alliés sionistes. Les combattants djihadistes mercenaires et supplétifs terroristes à la solde des Saoudiens et des Américains, ont refusé de poursuivre la guerre contre les objectifs fixés par les Américains. Les bombardements de Gaza, la destruction de cette ville, la barbarie sioniste a fait plus de 2000 morts, les scènes des massacres horribles qui ont choqué tous les Musulmans du monde entier, ainsi que tous les humains, humanistes et les terroristes mercenaires à la solde des Américains, ont décidé de cesser de tuer les Musulmans. Pour se venger et prouver aux Américains, qu’ils refusent d’obéir aux Saoudiens, qui mènent une guerre atroce contre les Musulmans chi’ites. Les djihadistes fidèles aux sionistes et aux américains se sont mis à attaquer les communautés non musulmanes et aussi à la communauté des chrétiens. Puis ils ont décidé de s’orienter vers la Palestine et ce revirement spectaculaire, a détruit totalement tous les plans élaborés par les Américains et leurs alliés. En ce qui concerne les Chrétiens, nous n’avons pas de précisions justes et fondées sur les attaques dirigées contre les chrétiens.  Certains pensent, que ce sont les Kurdes manipulés par les Français. Est-il, que le sioniste Fabius, se déplace en Irak, pour apporter les milliers de tonnes de vivres et de médicaments aux Chrétiens, et ce qui est frappant dans l’attitude des civilisés génocidaires, à aucun moment, ces pays n’ont eu à envisager une quelconque aide humanitaire en faveur de la population de Gaza. Le plan de l’extermination de la population de Gaza était planifié et élaboré soigneusement par les sionistes criminels et par les pays occidentaux coupables de complicité, de non assistance à peuple en péril d’extermination. Aujourd’hui, ils veulent obtenir de tous les musulmans, une certaine caution et une manière de nous culpabiliser sur leurs abjects crimes. La mort déplorable du Français, mort tragiquement dans les conditions dramatiques, la faute incombe au fantoche Hollande qui avait volontairement fait engager la France dans les conflits qui ne concerne pas le peuple de France et que ces Musulmans qui ont déclaré la guerre à leurs régimes, ne sont pas les ennemis des Français. Pourquoi, vouloir y participer dans tous les conflits qui opposent la population aux dirigeants corrompus indignes de leurs peuples. Les Américains, les Français, les Anglais, les sionistes et les alliés des Américains, ne parviendraient jamais à assurer la paix dans le monde, tant que les pays occidentaux, imposent aux populations, des dirigeants corrompus, malhonnêtes, fidèles serviteurs de leurs maîtres, les valets, domestiques des Occidentaux, tant que les ces dictateurs gouvernent les pays et se maintiennent au pouvoir par la force, par la terreur et par la contrainte assurée par l’Occident, la paix sera impossible à instaurer dans les continents. La paix, la vraie paix sera possible avec l’adhésion des peuples, qui ne veulent plus avoir à la tête des pays des marionnettes, corrompus, illégitimes, des voleurs, à la solde des Occidentaux. Le changement pour une démocratie est un droit légitime, qu’aucune puissance ne pourrait l’annuler par la force. Hollande est le vrai coupable de la mort du Français. Les Américains sont les vrais coupables de crimes contre l’humanité et coupables de génocide avéré de l’humanité. Nous n’acceptons aucune solution imposée, nous sommes contre le terrorisme, contre les interventions des puissances étrangères dans les affaires des pays indépendants, nous sommes pour une vraie démocratie, une démocratie souhaitée par le peuple et non une supercherie d’une démocratie mafieuse et inhumaine décorée à la française, qui favorise les riches au détriment des pauvres. Nous condamnons toute forme de violence et de terrorisme. Nous condamnons aussi, les guerres de croisades dirigées contre les Musulmans et contre l’Islam. Nous dénonçons, l’attitude et le comportement de Hollande, qui encourage directement, la mise en œuvre, de la haine des Français à l’égard des Musulmans de France. Les Musulmans de France vont vivre une décennie noire de mépris, de haine de discrimination et de racisme dans tous les domaines. Nous disons haut et fort, à Hollande, qu’il y a une limite à ne pas franchir, que vous êtes allé trop loin, dans une mauvaise direction, qu’il a choisi malheureusement la voie de la division des communautés, que la place du Musulman en sa qualité de Français est fondamentalement remise en cause, que ce n’est pas digne d’un Président de la République d’engager tout un pays dans une sale guerre de religion, une guerre de croisade dirigée contre les Musulmans, au profit de l’état artificiel raciste sioniste. Que l’engagement de la France dans ce processus affreux et préjudiciable pour l’avenir des Français qui souhaiteraient y vivre en dehors de la France. Nous disons halte à cette politique de guerre de religions, c’est une seconde guerre de croisade, qui commence par des massacres et personne ne sait comment une dangereuse aventure pourrait se terminer. Que le fantoche sioniste Hollande, sache, qu’aucun Musulman, même ceux qui manifestent hypocritement en faveur de l’intervention, ne voteraient plus jamais pour le parti socialiste fondamentalement raciste et tout a fait infréquentable, surtout politiquement. Nous disons à tous les humains de la terre, que nous condamnons le terrorisme international, le terrorisme fabriqué par les Américains et leurs alliés, anglais, français, et sionistes israéliens, nous condamnons le terrorisme fomenté par les régimes fantoches, domestiques de l’Occident, le terrorisme inventé par les régimes tyrans arabes, nous condamnons toutes les violences et les interventions militaires dans les pays arabes et musulmans. Nous déclarons, que nous ne sommes pas des béni-oui-oui, ni des lèches-bottes des Occidentaux, ni des marionnettes, ni des alliés de criminels et de génocidaires occidentaux, coupables de tous les massacres des humains innocents dans le monde sous de faux prétextes fallacieux. Nous condamnons, l’usage de la force et la terreur. Nous disons, non à la guerre de croisade contre l’Islam. Ksel

Ksel Sid Cheikh


*   *   *




La guerre de domination et de conquête menée par l’Internationale révolutionnaire islamique en terre d’Islam et dans le monde est une guerre totale : elle est bien entendu une lutte armée mais aussi une guerre religieuse, psychologique, politique et révolutionnaire.

L’objectif politique final annoncé est l’établissement d’un ordre islamique planétaire basé sur la charia et la destruction de tous les « ennemis de l’Islam ».

Dans ce contexte idéologique, l’intervention armée de l’aviation française en Irak aura un impact militaire marginal mais un impact psychologique et politique maximal. Orchestrée et présentée comme une agression de « croisés » et de « mécréants » en terre d’Islam, elle renforce la mobilisation et la détermination des djihadistes qui exploitent chaque action armée des occidentaux comme une justification nouvelle et une légitimation du Djihad. François Hollande vient de réussir l’exploit de rendre un immense service politique aux islamistes fanatiques et dans le même temps de faire de chaque Français une cible potentielle.

Le rôle prioritaire et essentiel du chef de l’Etat et de son gouvernement est pourtant de défendre les intérêts de la France et d’assurer la sécurité intérieure et extérieure des Français. La question que devrait se poser le président de la République est de savoir si sa décision d’intervention armée renforce ou menace la sécurité de nos compatriotes. La réponse est tragiquement évidente. Que messieurs Hollande et Valls rétablissent d’abord l’ordre dans les milliers de zones de non droit de nos villes qui servent au recrutement djihadiste avant de nous entraîner avec des moyens militaires insuffisants dans la fosse à serpents du Proche et du Moyen Orient.

Maintenant que la machine infernale est lancée et que l’engrenage de la guerre sans fin a été enclenché, la France doit prendre un certain nombre de dispositions d’urgence.

- La première mesure doit être diplomatique à l’égard de la Syrie : après avoir soutenu de manière totalement irresponsable tous les islamistes et djihadistes qui combattent l’armée syrienne, il est urgent aujourd’hui de soutenir et d’armer les troupes du président Bachar el-Hassad, seules capables d’empêcher une victoire totale des milices islamistes en Syrie, victoire qui conduirait à la purification ethnique et au massacre des chrétiens et de la communauté alaouite.

- La deuxième mesure doit porter sur les moyens accordés à nos services de renseignement et à nos forces armées. Puisque le président socialiste a choisi d’impliquer militairement la France dans la guerre civile et religieuse irakienne, entrainant ainsi une menace dorénavant permanente pour tous les Français vivant en France ou à l’étranger, le Parti de la France demande que les moyens affectés à nos services de renseignement et à nos forces spéciales soient multipliés par dix, que le milliard de dollars promis par Hollande la semaine dernière à un « Fonds vert » censé lutter contre le réchauffement climatique soit affecté intégralement à nos forces armées et que le budget de la défense soit fortement en augmentation avant la fin du quinquennat. On ne peut pas tout à la fois multiplier les théâtres d’opérations extérieures et laisser l’armée française dans un état matériel et financier déplorable. La qualité remarquable des personnels des armées de terre, de l’air et de la marine ne peut seule pallier aux nombreuses insuffisances budgétaires.

- La troisième mesure doit porter sur le renforcement du contrôle des entrées sur le territoire national. Notre sécurité intérieure étant aujourd’hui directement menacée, la France doit sortir immédiatement de l’Espace Schengen afin de disposer des moyens maximum de contrôle et de surveillance du mouvement des réseaux djihadistes.

- La quatrième mesure doit impliquer l’arrêt immédiat de toute immigration en provenance des pays arabo-musulmans à l’exception éventuelle d’un soutien humanitaire accordé aux chrétiens d’Orient persécutés. Il est temps d’en finir avec le processus d’immigration-colonisation et d’islamisation de la France.

- La cinquième mesure d’urgence, compte tenu des centaines de djihadistes binationaux qui partent faire la guerre en Irak et en Syrie est de rétablir la maîtrise absolue de l’accès à la nationalité française en mettant définitivement un terme à la politique d’attribution automatique de la nationalité basée sur la loi du sol. Il est inacceptable et dangereux que la nationalité française s’obtienne comme dans un guichet automatique. Etre Français s’hérite ou se mérite. En complément, la déchéance de la nationalité et l’interdiction de territoire national doivent s’appliquer immédiatement à tous les djihadistes binationaux.

L’internationale islamiste est une hydre dont les têtes coupées ne cessent de se reformer et de s’adapter. La riposte doit être à la mesure de la menace, idéologique, psychologique et politique.

Le peuple français ne mérite pas de subir les conséquences des politiques menées en son nom par un gouvernement d’incapables et d’irresponsables. Le Parti de la France appelle au sursaut national et à l’émergence d’une véritable droite nationale et européenne attachée à la défense de notre identité, de notre sécurité et de nos libertés et porteuse de nos valeurs de civilisation européennes et chrétiennes.

Carl Lang
Président du Parti de la France



Dès la destitution de Flanby, l'intérim du Chef de l'État reviendra à la droite…


Jean-Pierre Raffarin ou Gérard Larcher
Président du Sénat, deuxième personnage de l'État et Président de la République par intérim

Selon un décompte à 22 heures, l'UMP, l'UDI, les divers droite totalisent 188 sièges, soit 13 de plus que la majorité absolue fixée à 175. La gauche et le FN comptent respectivement 155 et 2 sièges. Le sort de trois sièges en Guyane, à Saint-Martin et en Polynésie n'est toujours pas connu.

La Constitution stipulant qu'en cas de décès, démission ou destitution du Président de la République, l'intérim du Chef de l'État est assurée par le Président du Sénat, il est acquis que dès la destitution de Flanby, et dans l'attente d'une élection présidentielle, le Chef de l'État assurant l'intérim sera de droite…

Alain Poher, président du Sénat de 1968 à 1992, a assuré par deux fois cet intérim, après le renvoi de DeGaulle en 1969, puis à la mort de Georges Pompidou en 1974. Le président du Sénat dispose alors de toutes les prérogatives du chef de l'État, sauf le recours au référendum et le droit de dissolution.


Sénat : vers un match Raffarin-Larcher pour la présidence


dimanche 28 septembre 2014

Pilote de chasse mais, laxisme de notre École, inapte à une écriture en un français correct !


Un pilote de chasse français en Irak activement recherché par les services secrets militaires

Chacun aura rectifié : c'est de toute évidence "Hollande des missions !" qu'il convient de lire…
Plusieurs de ses collègues, qui n’ont pas souhaité être identifiés, tentent d’expliquer le message par une mauvaise orthographe du mot. Il apparaitrait que le pilote voulait écrire « des missions », pour demander à François Hollande de planifier d’autres opérations de bombardement contre les islamistes mais qu’une regrettable erreur, due à un enseignement scolaire laxiste, lui aurait fait écrire « démission » comme s’il demandait le départ du président. Nul doute que la méprise devrait être prochainement expliquée.

Un pilote de chasse français qui participe actuellement aux bombardement des positions du pseudo-État islamique serait activement recherché par les services secrets dans le but d’être présenté devant le Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, afin de répondre à des interrogations suite à la publication sur une page Facebook d’une photo, prise en vol durant une mission et sur laquelle, par confusions grammaticales, il semblerait demander la démission de Flanby.

Le Ministre de la Défense serait entré dans une colère rouge-socialiste quand ses services lui ont montré une photo d’un pilote français exhibant un panneau qui semblerait demander la démission du président en des termes trop directs. Le pilote-photographe, dont on ne sait pas grand chose hors ses lacunes grammaticales, se serait pris en photo alors qu’il était en mission de bombardement au-dessus du nord de l’Irak, sans doute au retour de mission. S’est-il filmé ? Une vidéo reste toutefois introuvable. Le commandement de la base à Dubaï, où sont stationnés les appareils de combat, n’a répondu à aucune des sollicitations des journalistes et nie même que cet incident ait eu lieu. Un Falcon 7X du Cotam, les liaisons militaires, serait arrivé tôt dans la matinée sur la base aérienne afin de remettre d'urgence un Bescherelle au pilote confus de la méprise…


Pétition : HOLLANDE DÉGAGE !





La 4ème République poignardée : le guet-apens gaulliste de Sakiet Sidi Youssef


"Le bombardement de Sakiet Sidi Youssef est une opération menée par l'armée française, dans le cadre de la guerre d'Algérie, sur le village tunisien de Sakiet Sidi Youssef le 8 février 1958. Depuis, chaque 8 février, la Tunisie et l'Algérie commémorent conjointement cet événement.
Le 8 février, l'armée française indique qu'un avion, touché par une mitrailleuse postée à Sakiet Sidi Youssef, a dû se poser en catastrophe à Tébessa. En représailles, le général Edmond Jouhaud, commandant de la cinquième région aérienne, planifie un raid aérien sur Sakiet Sidi Youssef et le soumet au général Paul Ély qui, ayant obtenu l'accord oral du ministre de la Défense Jacques Chaban-Delmas, autorise l'utilisation de bombardiers lourds. Malgré les incertitudes sur la réalité de l'autorisation par le ministre, il reste cependant que l'armée française était autorisée, au moins dans l'esprit si ce n'est dans la lettre, à prendre des mesures vigoureuses, le choix des armes et de l'échelle étant laissé aux militaires. En revanche, il semble clair que le président du Conseil français, Félix Gaillard, n'avait pas été informé."


Pour approfondir lire l'article :

Dr Jean-Claude Perez : "De Gaulle, l'accélérateur majeur de la décadence occidentale"


Sayed Hassan Nasrallah contre une invasion du Liban par l'Amérique, "mère du terrorisme"


Dans cet extrait, Sayed Hassan Nasrallah explique pourquoi le Hezbollah est opposé à la participation du Liban à la coalition internationale contre l’État islamique menée par les États-Unis, qu'il considère comme la source du terrorisme et accuse de vouloir s’implanter à nouveau au Moyen-Orient au prétexte de cette coalition. Le Liban fait face à des agressions répétées de la part de l’EI et du Front Al-Nosra, qui ont capturé 22 soldats libanais et exécuté trois d’entre eux, mais Hassan Nasrallah considère que le Liban est tout à fait capable de faire face à ce danger, et qu’il n’est pas dans son intérêt de s’allier aux États-Unis.



… Le deuxième point concerne les développements de la région et notre position vis-à-vis de ce qui a été appelé la coalition internationale contre l'État Islamique. Nous souhaitons bien évidemment préciser notre position vis-à-vis de cette coalition, notre position en tant que mouvement, notre position en tant que Résistance, notre position à travers nos ministres dans le gouvernement libanais, et nous voulons également par là répondre aux distorsions et mensonges dont nous avons été l'objet à ce sujet. Maintenant, s'il y a des gens qui sont incapables de savoir et de comprendre, c'est leur problème, pas le nôtre. Quoi qu'il en soit, nous exposons et expliquons notre position car il s'agit d'un moment historique et crucial.

Premièrement, tout le monde sait que le Hezbollah est opposé à l'État Islamique. J'ai parlé de cela il y a deux mois, assez longuement et de manière détaillée. Nous sommes opposés à ces groupes takfiris meurtriers. Et plus encore, nous les combattons, et nous avons perdu nombre de combattants dans cette lutte.

C'est pour cela que la première chose qui doit être écartée, c'est cette idée de certains qui prétendent que notre position vis-à-vis de la coalition internationale vise à défendre ou à protéger l'État Islamique, ou d'autres idées similaires. C'est une caricature ou une tromperie : cette erreur est soit due à l'ignorance, à une analyse simplificatrice, ou alors à une volonté de tromper.

Non, certainement pas. En ce qui nous concerne, j'ai déjà longuement expliqué que nous considérons l'État Islamique, ces groupes qui tuent et massacrent juste à cause d'une différence de pensée, d'un désaccord politique ou d'un différend organisationnel – nous avons longuement expliqué cela précédemment à maintes occasions – ces groupes constituent une menace pour tous les peuples, tous les gouvernements et toutes les confessions, pas seulement pour les minorités, pour tous les habitants et peuples de cette région.

C'est pour cela que notre position vis-à-vis de ces groupes est une position ferme, claire et définitive. Notre position est claire quant à la nécessité de les combattre et de les repousser, et de préserver les peuples de la région et toute la région du danger qu'ils représentent.

Mais en ce qui concerne l'intervention militaire américaine, ou la constitution d'une coalition internationale dirigée par les États-Unis, c'est là une toute autre question. C'est un sujet qui doit être discuté sous plusieurs angles.

Premièrement, d'une position de principe : il ne fait aucune différence que les Américains viennent s’attaquer à l'État Islamique, ou qu'ils viennent s'attaquer aux Talibans, ou qu'ils viennent s'attaquer à l'ancien régime irakien, ou qu'ils viennent s'attaquer à quiconque où que ce soit, nous (le Hezbollah), par principe – et contrairement à d'autres qui soutiennent l'intervention américaine et sollicitent une telle intervention, par exemple, pour faire tomber tel régime, mais si l'intervention américaine vise à frapper l'État Islamique par exemple, ils y sont opposés ; ou si elle vise à frapper leur groupe, ils y sont opposés. Non ! Nous sommes contre l'intervention militaire américaine, et nous sommes contre une coalition internationale en Syrie, que la cible en soit le régime (comme ce qui se passait il y a un peu plus d'un an), l'État Islamique ou autre chose.

Il y a un principe de base, fondamental, à l’égard de toute intervention militaire américaine, que ce soit sous le couvert d'une coalition internationale, de l'OTAN ou de forces multinationales. Nous avons un principe fondamental qui repose sur des bases et des piliers qui ne varient pas d'un terrain à un autre. Et du fait de notre attachement à ce principe fondamental, lors de divers incidents et à plusieurs occasions par le passé, nous avons été attaqués par le passé à cause de notre position de principe.

C'est donc avant tout à cause de ce principe que nous ne sommes pas favorables (à cette coalition). Et c'est ce que nous avons déclaré au Conseil des ministres par le biais de nos ministres et d'autres alliés. Lorsqu'il s'agira de voter au Conseil des ministres, en tant que parti, nous dirons que nous sommes opposés à ce que le Liban participe à cette coalition.

Quant à ce que le Liban participe à des conférences ou à des rencontres, c'est un autre sujet, qui concerne le gouvernement, le Président de la République, le Premier ministre, le ministre des Affaires étrangères. Mais quant aux engagements, ils sont débattus au sein du Conseil des ministres.

Et nous affirmons en premier lieu que nous avons une position de principe (opposée à toute intervention américaine). Eh bien, pourquoi avons-nous cette position de principe ? Considérons donc le développement des événements.

Premièrement, parce que l'Amérique est selon nous la mère du terrorisme. Et si quiconque veut débattre de ce point, nous sommes tout à fait prêts à en discuter. L'Amérique est l'origine du terrorisme dans le monde. Pour tout acte terroriste qu'il peut y avoir dans le monde, recherchez la main de l'administration américaine derrière lui – je ne parle pas du peuple des États-Unis.

Deuxièmement, parce que les États-Unis sont les soutiens absolus de l'État terroriste sioniste. La cause du terrorisme dans notre région est l'existence de l'État d'Israël, qui bénéficie d'un soutien total des États-Unis : sur les plans militaire, sécuritaire, politique, économique, financier, légal – la moindre condamnation est interdite au Conseil de Sécurité par le véto américain dès qu'Israël est concerné.

Troisièmement, parce que les États-Unis ont créé ou contribué à la création de ces mouvements et groupes terroristes takfiris.

Quatrièmement, parce que les États-Unis n'ont pas l'autorité morale nécessaire pour être dignes de diriger une coalition contre le terrorisme. En réalité, ils n'ont jamais disposé de la moindre autorité morale. Ceux qui ont lancé des bombes atomiques contre le peuple japonais, commis des atrocités au Vietnam, qui ont toute cette histoire… Ceux qui tout dernièrement soutenaient Netanyahu durant la guerre de 50 jours contre la bande de Gaza et contre le peuple de Gaza, bombardant, détruisant, tuant des milliers de personnes, blessant des milliers de personnes, et déplaçant de leurs foyers des dizaines de milliers de personnes, ceux-là, cette administration américaine est moralement indigne de se présenter comme combattant le terrorisme ou comme étant à la tête d'une coalition internationale contre le terrorisme.

La question n'a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme, absolument rien à voir. Le véritable objectif est le cinquième point, à savoir que cette coalition, comme le déclare le président Obama dans chacun de ses discours, est là pour défendre les intérêts des États-Unis. En quoi est-ce que la défense des intérêts américains nous regarde ? D'autant plus que la majorité de ces intérêts américains, sinon tous, se font aux dépens des intérêts de la région, des peuples de la région et des gouvernements de la région.

Est-ce que nous, le Liban, ou d'autres États, devons participer à une coalition menée par les États-Unis dans une guerre visant à défendre les intérêts américains dans la région ? C'est lui (Obama) qui s'exprime en ces termes, je ne lui attribue pas des propos qu'il n'a pas tenus. Il n'a pas dit qu'ils venaient défendre les minorités, les chrétiens, les musulmans, etc., jamais ! Tous ces massacres se produisent sous les yeux du monde entier, et depuis des années, non pas seulement durant ces quelques derniers mois. Mais ils n'ont pas réagi le moins du monde. Oui, ce n'est que lorsque la situation est devenu tellement grave qu'elle commençait à nuire aux intérêts des États-Unis qu’ils sont intervenus sous le couvert de la coalition internationale qu'ils ont créée. Nous n'avons aucun intérêt à combattre dans une coalition internationale de cette nature, ou à soutenir une coalition qui sert les intérêts américains aux dépens des intérêts des peuples.

Sixièmement, les Libanais ont le droit, de même que les Irakiens, les Syriens et tous les peuples de la région ont le droit de douter des intentions des États-Unis cachées sous cette prise de conscience et ce réveil, cette volonté de réunir le monde entier et de créer une coalition internationale (ce qu'ils ont fait), leur volonté de mener cette guerre qu'ils ont maintenant commencée. Est-ce que vraiment les Américains viennent de se réveiller, est-ce que leurs sentiments humanitaires ont été touchés ? Est-ce qu'ils ont vraiment été choqués par les tueries, les massacres, les déplacements de populations contraintes de fuir leurs maisons, les destructions de mosquées, d'églises, de mausolées, les crucifixions, etc. ? Est-ce que vraiment ils viennent tout juste de prendre conscience de ces réalités, et ont été poussés à créer cette coalition par leurs sentiments humanitaires ?

Ou est-ce qu'au contraire c'est pour les États-Unis l'occasion, le moyen, le prétexte d'occuper à nouveau la région, ou d'imposer la création de bases militaires qui ont été refusées par les Irakiens par le passé, et qu'ils pourraient maintenant à nouveau implanter en Irak ou dans certains pays de la région, ou d'imposer d’autres choix de ce genre ?

Je voudrais simplement rappeler aux Libanais – car c'est un sujet qui a été évoqué par le passé – qu’au début de la guerre de juillet 2006, lorsque nous recevions des messages par des intermédiaires visant à mettre fin à la guerre, on nous avait fait cette offre : premièrement livrez vos armes, toutes les armes de la Résistance ; deuxièmement, libérez les deux prisonniers israéliens sans délai et sans conditions ; et troisièmement, un point très important, acceptez la présence d'une force armée multinationale – pas des forces de la FINUL ou de l’ONU –, des forces multinationales qui seraient présentes dans le sud, le long des frontières entre le Liban et la Palestine, sur les frontières entre le Liban et la Syrie, à l'aéroport, dans les ports et sur les terres libanaises. C'est ce que nous avons rejeté durant la guerre de juillet (2006), et que nous avons fait échouer par le sang, les martyrs, la patience, les larmes, les blessures, les afflictions, la solidarité, etc.

Eh bien, qui nous assure que ce n'est pas ce qu'ils essaient à nouveau de nous imposer avec cette participation à la coalition internationale ? Dès que l'on devient membre de cette coalition internationale, nos aéroports, ports, cieux, eaux et territoires leur seront ouverts pour en faire des bases militaires pour l'OTAN et les États-Unis. Que deviendrait alors le Liban ? Que deviendrait alors le Liban ?

Les Libanais n'ont-ils pas le droit d'avoir des doutes ? De même qu'il y a un grand doute chez les Irakiens, qui se demandent si le but de ce réveil et de cet intérêt subit des États-Unis n'est pas de revenir pour implanter des bases militaires. Ils veulent revenir et créer des bases militaires permanentes, des aéroports, etc. Ils veulent imposer leurs conditions et garantir l'immunité de leurs soldats et officiers, comme ce qu'ils ont fait en Corée du Sud et ailleurs.

C'est pour cela, pour toutes ces raisons et pour d'autres encore que je n'évoque pas pour ne pas être plus long, que nous ne sommes pas favorables, que nous refusons que le Liban participe à la coalition internationale menée par les USA.

Et le Liban n'en a nul besoin. Premièrement, ce n'est pas dans l'intérêt du Liban, et le Liban s'exposerait à des dangers en participant à cette coalition.

Et je ne veux pas dire qu'il s'agit de se tenir à l'écart – je le précise pour qu'on ne nous accuse pas d'inconséquence. C'est tout autre chose. La désintégration au sein de ces groupes est manifeste.

Le Liban s'exposerait à des dangers en participant à cette coalition. Tel est le premier point.

Deuxièmement, le Liban n'a pas besoin de cette coalition. Il n'a pas besoin de participer à cette coalition, il n'a aucun intérêt à le faire.

D'aucuns pourraient objecter que nous affrontons actuellement ce danger au Liban. Mais les Libanais sont capables de faire face à ce danger. Nous sommes capables, en tant que Libanais, de faire face aux terroristes et au terrorisme. Et dès à présent, malgré les divisions politiques, malgré les surenchères politiques, malgré l'incitation sectaire et tout ce dont j'ai parlé dans la première partie, le Liban est toujours capable de faire face à ce danger, même avec ce niveau minimal de cohésion et de coopération au sein du gouvernement libanais – le gouvernement actuel –, oui, le Liban est capable d'y faire face avec son armée, ses forces de sécurité, son peuple, sa détermination et sa patience. Et même à l’avenir, oui, nous les Libanais serons capables de faire face à ce danger.

Oui, et de quoi avons-nous besoin ? Si quelqu'un veut faire appel à la communauté internationale, aux États-Unis ou aux membres de la nouvelle coalition internationale, alors voilà ce que nous demandons :

Premièrement, nous demandons à tous les pays – et pas seulement à ceux-là – de cesser de financer et d'armer les groupes terroristes qui ciblent le Liban et l'intérieur du Liban. Et je ne parle même pas de la Syrie ou de l'Irak, je parle du Liban. Je parle en tant que Libanais, au niveau national. Arrêtez d'armer, de financer, d'entraîner et d'envoyer des combattants qui ciblent le Liban – car cela se poursuit jusqu'à présent, et de la part de pays qui sont membres de cette coalition, cela se poursuit. Mettez-y fin, vous rendriez service au Liban. Vous voulez aider le Liban ? Votre cœur brûle pour le Liban et le peuple libanais ? Vous voulez protéger le Liban du terrorisme ? Voilà la première chose que vous devez faire.

Deuxièmement, soutenez au plus vite l'armée libanaise et les forces de sécurité, car c'est sur elles que tout repose, et que c'est avant tout la responsabilité de l'État.

Troisièmement, aidez le Liban à faire face au problème des réfugiés. Si le problème des réfugiés était résolu, cela éloignerait bien des dangers posés par les terroristes, le terrorisme, la sédition et tous les problèmes qui menacent la situation intérieure du Liban. Si quelqu'un veut aider le Liban, qu'il les aide sur ces trois points : 1/ arrêtez de financer et d'armer les terroristes ; 2/ soutenez et armez au plus vite l'armée libanaise et les forces de sécurité ; 3/ adressez le problème des réfugiés.

Et quant aux Libanais – c'est un point sur lequel je veux insister ce soir –, les Libanais sont capables de faire face à tout danger terroriste qui les cible.

Hier, les terroristes ont regroupé les soldats libanais (otages) dans un endroit, et l'un des terroristes s'est tenu parmi eux et s'est vanté en disant : « Si nous voulons, nous pouvons arriver à Beyrouth en quelques jours. » Non ! Non ! Vous ne pouvez ni parvenir à Beyrouth, ni nulle part. Inutile de nommer toutes les régions du Liban, non !

Les Libanais sont capables de défendre toutes les régions libanaises, à travers leur État, leur armée, leur solidarité, leurs sentiments patriotiques et leur responsabilité nationale – et j’exprime là une conviction absolue –, toutes les régions libanaises doivent être protégées, peuvent être protégées et seront protégées face à tout danger terroriste.

Toute région libanaise ne concerne pas seulement une confession, un parti ou un groupe spécifiques : c'est le territoire libanais, c'est le peuple libanais, ce sont des Libanais. Et tous les Libanais ont la responsabilité de se tenir unis, la main dans la main, pour empêcher que le terrorisme s'étende à toute région libanaise, quelle qu'elle soit.

Et je dis à nouveau que le gouvernement en premier lieu, l'État et l'armée, ainsi que tous les Libanais, nous devons tous être unis derrière l'État, derrière le gouvernement et derrière l'armée. Personne ne doit se comporter en se disant que si le danger terroriste s'étend militairement dans une région, il n'est pas concerné parce que ce n'est pas sa confession, sa région ou son parti politique qui sont attaqués. Ce serait une grave erreur, une erreur fatale.

Les Libanais doivent se rassembler, s'unir, la main dans la main, et ils pourront alors véritablement repousser le danger des terroristes et des takfiris de leur pays. Les Libanais sont forts. Nous sommes forts, nous ne sommes pas faibles, et personne ne peut nous menacer : ni d'une invasion, ni d'une prise de contrôle de territoire, ni de parvenir à Beyrouth ou n'importe où ailleurs. Car nous sommes toujours en vie, et personne ne peut intimider ainsi les Libanais. Et comme je l'ai dit par le passé, nous assumerons toujours nos responsabilités.

Blog de Sayed Hassan Nasrallah

vendredi 26 septembre 2014

Trahisons de Flanby : après avoir armé les islamistes, il raye l'islamisme de son discours…


Flanby persévère dans la trahison : après l'aveu d'avoir armé les islamistes en Syrie, il occulte délibérément l'islamisme dans son discours et intime l'ordre à tous ses séides socialauds d'adopter les mêmes précautions oratoires… Ce n'est évidemment pas par des artifices oratoires que l'on éradiquera l'islamisme… Les Musulmans en sont les premières victimes. Au front, ils doivent être en première ligne. Qu'ils assument en toute clarté leurs responsabilités…


La charte de l'État islamique en Irak et au Levant, distribuée à Mossoul le 13 juin 2014

En arabe, la formule « الدولة الإسلامية في العراق والشام » (ad Daoula al Islamiya fi al ‘Iraq oua ash Sham) signifie littéralement « l'État islamique en Irak et au Levant » (EIIL ou en anglais ISIL). Cette dernière formulation est la plus proche de la syntaxe en arabe, et non « l'État islamique de l'Irak et du Levant ».

Les hommes qui nous gouvernent ont fait allégeance à la novlangue.
Voilà comment ils ont décidé de parler.
Et comment ils voudraient nous imposer de parler.

État Islamique ou Daech ? Travestir les mots, c’est insulter la réalité. C’est faire injure au bon sens. C'est trahir.




Des crimes abominables ont été commis par le Daesh… Les assassins du Daesh ont décapité un otage français… Les barbares du Daesh ont… Les bourreaux du Daesh sont…

Ainsi, depuis quelques jours parlent MM. Hollande, Valls, Cazeneuve, Fabius. Vous savez ce que c’est que le Daesh, vous ? Vraisemblablement non. Eux, si. Le Daesh est l’acronyme arabe de l’État Islamique d’Irak et du Levant.

Mais pourquoi alors disent-ils Daesh ? Peut-être sont-ils tous devenus arabophones ? Vous n’y êtes pas. Ils disent Daesh parce qu’en français, ça ne veut rien dire. Et surtout, parce que ça permet de gommer le mot "islamique".

En effet, toute référence à l’Islam et à l’islamisme est désormais proscrite du discours gouvernemental. Et c’est pourquoi il est formellement interdit de dire "islamiste", le mot "terroriste" sans aucun adjectif qualificatif étant devenu le seul vocable toléré dans les propos officiels. Quels "terroristes" ? Pas le droit de le dire ou de le savoir. On a connu des "terroristes" d’extrême-gauche, des "terroristes" d’extrême-droite, des "terroristes" nationalistes. Mais là, rien : juste des "terroristes".

Nous sommes en revanche autorisés à dire "barbares" ou "assassins". Mais on se doit aussitôt d’ajouter dans le même souffle une phrase obligée : "ça n’a rien à voir avec l’Islam". Mais alors, ça a à voir avec quoi ? Et avec quoi l’Islam a à voir ?

Ceux qui ont tué des milliers d’Américains en 2001 dans les tours du World Trade Center "n’avaient rien à voir avec l’Islam". Peut-être doit-on supposer qu’ils étaient simplement affiliés au Rotary Club ? Ceux qui ont égorgé le journaliste américain Daniel Pearl au Pakistan n’avaient non plus "rien à voir avec l’Islam". Se pourrait-il qu’il s’agisse de fidèles de l’Église Pentecôtiste ? Ceux qui, membres du GIA, ont fait des dizaines de milliers de morts en Algérie (et aussi quelques uns en France où ils ont commis des attentats) n’avaient, tout autant que les autres, "rien à voir avec l’Islam". Faut-il imaginer qu’ils étaient membres des témoins de Jéhovah ? Les talibans qui assassinent et lapident en Afghanistan et au Pakistan, les coupeurs de mains et de bras de Tombouctou, les shébabs somaliens, les Boko-Haram, n’ont, c’est l’évidence, "rien à voir avec l’Islam". Seraient-ils peut-être bouddhistes ou shintoïstes ?

Les bourreaux de Daesh (allez, faisons un peu semblant), qui se filment avec les otages qu’ils décapitent, "n’ont rien à voir avec Islam". Ils rendent leurs "sentences" au nom de Dieu et les oreilles très fines de MM Hollande et compagnie perçoivent qu’ils invoquent selon les lieux et les jours les noms de Toutatis (si cher à Astérix), de Jésus, de Zeus et d’Osiris. Et Mohammed Merah ? Peut-être fréquentait-il un des temples protestants de Toulouse ? Et Mehdi Nemmouche ? Sans doute allait-il faire ses dévotions à l’église paroissiale du coin ? Ainsi, sous notre regard ébahi et incrédule, se joue une pathétique et mauvaise comédie. Travestir les mots, c’est insulter la réalité. C’est faire injure au bon sens qui est encore la chose la mieux partagée. On comprend bien qu’il s’agit de façon sournoise, cauteleuse, et in fine, improductive, de protéger les musulmans de France contre les flots de sang versés au nom du Dieu qu’ils vénèrent pour que ce sang ne retombe pas sur leurs têtes.

L’intention peut paraître louable. Mais le mensonge incantatoire n’est certainement pas la meilleure façon de la promouvoir. À chaque tête décapitée, à chaque massacre, nos gouvernants ne sont certes pas tenus de dire : "ça a à voir avec l’Islam". Mais quel naufrage de la pensée les pousse à dire l’exact contraire et à répéter sans cesse : "ça n’a rien à voir avec l’Islam" ? Ceux que les djihadistes locaux, et apportés (plus de mille Français parmi eux), exécutent et tuent, sont des nôtres. Les nôtres. Tués parce qu’Occidentaux. Assassinés parce que "croisés". Tout un chacun le sait. Tout un chacun en conçoit de la révolte et réclame, à juste titre, vengeance pour ces martyrs.

Dans la vidéo qui accompagne la décapitation d’Hervé Gourdel, il est dit qu’il s’agit d’un "message de sang" adressé à la France. Nombreux sont ceux qui, instinctivement, exigent que la loi du Talion leur soit appliquée. "Un message de sang" adressé aux djihadistes… Il y a de la colère dans cette revendication. Il y en a tout autant contre ceux qui les assassinent une deuxième fois en bêlant : "ça n’a rien à voir avec l’Islam".

Benoît Rayski pour Atlantico


Les seize commandements de l'État islamique en Irak et au Levant

De nombreux responsables musulmans « réfutent » l’État islamique

Doit-on dire EIIL, Da'ech, ISIS, État islamique en Irak et au Levant, de l'Irak et du Levant ?

Entretien avec Romain Caillet - Qu’est ce que l’État Islamique ?

Daech ou État islamique ? Questions sur un vocable

Comment faut-il appeler les jihadistes en Irak ?

Fabius lance la guerre des mots


Nicolas Sarkozy à Lambersart : "Moi-président… casse-toi pauv'con !"…


Gardons-nous des commentaires moutonniers de politologues auto-proclamés et journaleux impénitents… Allons à l'original… Seule l'écoute attentive de l'original permettra à chacun de se faire son opinion…
Nicolas Sarkozy attaque frontalement la présidente du Front national Marine Le Pen, en dénonçant son immense responsabilité dans le "désastre que subit la France", car elle a donné "un fameux coup de main en 2012 à son ami François Hollande".



Ce jeudi 25 septembre c'était le premier meeting de Nicolas Sarkozy, à Lambersart dans la banlieue de Lille… Le dernier président de la République, sur la voie de la présidence de l'UMP, s'est adressé aux plus 5000 Français enthousiastes qui avaient réussi à trouver une place dans l'enceinte. Une première depuis le second tour de la présidentielle catastrophique de 2012. Nicolas Sarkozy a parlé sans complaisance de l'actuel squatter de l'Élysée, qu'il considère "perdu" et "sonné" [= "Moi-président… casse-toi pauv'con !"]. Il a aussi rappelé le rôle néfaste de la présidente du Front national la Marine Le Pen pour dénoncer son immense responsabilité dans le "désastre que subit la France" par le "fameux coup de main qu'elle a donné à son ami François Hollande en 2012".



Campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP

Youtube : Campagne de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP



Jean-Marie Le Pen "monument de l'Histoire de France" nous livre son "Journal de bord"…

Guillaume Faye présente les chiffres éloquents et désastreux de l’économie française…


Pourquoi la France est-elle en crise ?



Dans cette vidéo Guillaume Faye présente les chiffres éloquents et désastreux de l’économie française :
- Les dépenses abyssales unique au monde du service public et des fonctionnaires.
- La sortie de l’euro serait une erreur majeure.
- Les immigrées sont les responsables majeurs d’une dégradation de l’économie française et du niveau de vie.
- « Quand deux bacs+6 quittent le pays, ils sont remplacés par 2 bacs-6 venant du tiers monde »
- Pour une Europe unie intégrant la Russie…

Guillaume Faye - La France est un pays communiste : les chiffres


jeudi 25 septembre 2014

L'ADIMAD rend hommage aux Harkis et rapelle les crimes de l'infâme traître DeGaulle…


MÉMOIRE DE LA RÉSISTANCE ALGÉRIE FRANÇAISE



Calendrier des manifestations organisées, soutenues ou encouragées par l'ADIMAD



Boutique de l'ADIMAD




La voix de la France (celle de l'Honneur) : le bachaga Boualam

Guy Pervillé : À propos de l’OAS d’Oran : réponse à un lecteur oranais (2014)

Oran… 5 juillet 1962 : Les responsabilités




mercredi 24 septembre 2014

Hervé Gourdel enlevé et assassiné en Algérie par des takfiri du pseudo-État islamique…


Monsieur Hervé Gourdel, citoyen français, a été enlevé en Algérie, alors qu’il participait à une randonnée touristique dans le massif de la Djurdjura (Kabylie), région que certains de nos amis, anciens d’AFN ont jadis bien connue pour y avoir traqué jadis des unités de la rébellion FLN actuellement au pouvoir en Algérie. L’organisation terroriste liée à ceux qui se font appeler l’« État islamique » (EI) au Levant et responsable de ce forfait a retenu Hervé Gourdel comme otage pour exercer un chantage sous la forme d’un ultimatum adressé à la France au sujet de son intervention actuelle en Irak.

Le délai imposé par les terroristes s’étant achevé, l’otage a été assassiné (c’est le terme qui s’applique !) par égorgement, selon la tradition. Égorgement suivi, tout naturellement, du décollement de la tête. De la défunte AFN en passant par la Tchétchénie, la tradition perdure…

Cet assassinat a fait l’objet d’un vidéogramme intitulé Message de sang pour le gouvernement français, où l’on voit, tout à tour, M. François Hollande annoncer la participation de la France aux frappes aériennes contre l’EI en Irak, puis Hervé Gourdel agenouillé, les mains liées derrière le dos, entouré de quatre hommes armés et cagoulés dont l’un lit un texte où il dénonce l’intervention des Croisés criminels français (sic) contre les Musulmans en Algérie, au Mali, en Irak, etc.

Ce genre de mise en scène a été pratiqué lors des assassinats récents de journalistes ou membres d’ONG otages au Levant par des membres d’EI.

Tout en condamnant fermement ces pratiques barbares, les membres du Cercle National des Combattants déplorent que cet état de fait soit le fruit de la politique inconsidérée des gouvernements successifs de la France depuis le début du siècle. En effet, notre pays, visiblement à la remorque de puissances à tendances hégémoniques s’engage dans des interventions dont le but ne semble pas correspondre aux intérêts français bien compris. Il est dommage que des citoyens français en payent les conséquences et que des individus qui n’ont cessé de démolir l’armée française et de la réduire de façon drastique jouent aujourd’hui les va-t-en-guerre surtout qu’il est faux de prétendre que les frappes aériennes seules règleront le problème et l’éradication des ces fous criminels antichrétiens. Le Cercle National des Combattants demande le renforcement de notre armée, le respect pour nos soldats et le rétablissement immédiat du service militaire.


Facebook : Soutien à Hervé Gourdel, guide de haute-montagne niçois enlevé et assassiné en Algérie par des djihadistes, et à sa famille

Réaction de Mgr André Marceau, évêque de Nice, suite à l’exécution d’Hervé Gourdel

The 'Soldiers of the Caliphate': Algerian Militants Execute French Citizen Over Iraq Airstrikes

France Presse Infos - Le Gaulois : Horreur… Malheur… Ah !… Vos cris d’orfraie ne trompent plus personne !




Dans l'enfer d'Alep…

mardi 23 septembre 2014

Jean-Marie Le Pen éditeur sonore : Musique et Politique… Un entretien avec Présent…












"Je n’avais pas préparé de carrière, j’aurais dû être avocat mais je n’avais pas de goût pour cette activité. Ayant perdu mon mandat de député, je me suis trouvé dans l’obligation de faire quelque chose. Nous avons créé la Société d’études et de relations publiques. Évidemment, nous ignorions que des gens comme nous ne pouvaient pas faire de relations publiques, nous étions des parias.


J’avais vu l’album de la plaidoirie de Tixier dans l’affaire Salan, j’ai ainsi réalisé mes deux premiers disques sur le procès Bastien-Thiry. Il est interdit d’enregistrer dans les tribunaux, le procès avait donc été enregistré clandestinement – on peut le dire maintenant, parce qu’il est mort – par Me Le Coroller, qui était un des défenseurs. Nous avons fait du document sonore avec beaucoup de scrupules. C’était un créneau que n’exploitaient pas les grandes sociétés discographiques, parce que ça ne leur rapportait pas assez. Le troisième titre a été le centenaire de Camerone, ensuite un disque sur le maréchal Pétain et un disque avec Pierre Fresnay récitant les Poèmes de Fresnes de Robert Brasillach…"


Entretien - Présent



dimanche 21 septembre 2014

Nicolas Sarkozy au journal de 20 heures de France 2

Jounées du Patrimoine : pourquoi ne pas visiter le site de Nicolas Sarkozy ?…



Facebook Nicolas Sarkozy

Et voilà que clairement Flanby et Bécassine, le staff mariniste et les socialauds, redeviennent comme en 2012 farouchement alliés objectifs contre le danger Nicolas Sarkozy… Danger pour la Bécassine qui, par son obstruction dans le débat politique, n'ambitionne que la stérilisation d'un maximum de voix lors d'une présidentielle pour un encaissement maximum de fonds publics à la faveur des dispositions légales concernant le financement des partis politiques… Danger pour les socialauds qui ne peuvent espérer se maintenir dans leur squat qu'à la faveur d'un second tour d'une présentielle les opposant complaisamment à la Marine… Leur comportement, aux uns et aux autres, ne fera que le confirmer. Comportement dont les ficelles seront immanquablement masquées par la presse, notamment celle de droite avec Présent et Rivarol dont les intérêts financiers se sont récemment liés à l'écho de la propagande mariniste… … Et, par ailleurs, attendons-nous à tous les coups bas du "meilleur d'entre tous", l'inénarrable Juppé
Il est bien évident qu'un combat en faveur de tel ou tel est prématuré, y compris concernant Nicolas Sarkozy… que tout nationaliste rejette "presque" autant que les socialauds ou les gaullo-marinistes… L'irruption de Nicolas Sarkozy dans l'arène politique comble malheureusement un vide qui ne pouvait qu'être favorable au combat nationaliste…
Malgré cela, dans l'état de décomposition de la France, espérons qu'un vrai changement, un changement radical, aura rapidement et avant 2017 une occasion de s'imposer… Fasse la Providence que la France échappe enfin au joug des francs-maçons, de leurs complices mondialistes et de leur avatar républicain…
À défaut, à l'échéance de 2017 que l'on nous embarque plus dans le principe "entre deux maux, on ne choisit pas". Entre deux maux, il y a bien un moindre mal…

*   *    *

Pour éclairer le débat :


Le «  retour » de Nicolas Sarkozy en réjouit certains (Sarko-mania impressionnante chez les « jeunes pop’ UMP »), en terrifie d’autres (à commencer par Fillon), en agace beaucoup, aussi, notamment parmi les militants de la « Manif pour tous ». Mais il ne s’agit pas de réagir avec ses sentiments : il s’agit de prendre le problème à bras le corps et d’exiger des conditions strictes pour qu’un programme de droite voit le jour…

La question qui entoure le retour de Nicolas Sarkozy n’est pas de savoir pourquoi il revient, mais surtout comment il revient. Et là les choses apparaissent clairement : il revient, ou tente de revenir, comme rassembleur d’un parti divisé, ainsi qu’en témoigne son communiqué de presse sur Facebook (ce qui, en passant, ramène la presse à n’être plus qu’une coquille vide bonne qu’à agréger des subventions)…
« J’ai senti chez beaucoup de Français la tentation de ne plus croire en rien ni en personne, comme si tout se valait, ou plutôt comme si plus rien ne valait quoi que ce soit. Cette absence de tout espoir si spécifique à la France d’aujourd’hui nous oblige à nous réinventer profondément ».
Une réinvention ? Je me méfie des « réinventions »… Il n’y a rien à inventer en France, la voie économique est toute tracée par une réduction de l’archi-présence de l’État dans tous les domaines, à cause d’une gestion catastrophique de l’argent public, et la voie « sociétale » est entièrement prise dans le mouvement de sinistrogyre, ce mouvement du « progrès » qui penche à gauche, et même bien à gauche. On ne réinvente pas dans ces conditions. On refonde complètement et on édifie, c’est-à-dire qu’on fait une tabula rasa - celle-là même qu’ont entrepris les révolutionnaires, mais dans le mauvais sens - du mouvement général de la société, puis on édifie quelque chose de positif pour contrecarrer la déconstruction opérée depuis plus d’un siècle. C’est à partir de cette édification collective qu’il faut repenser le politique.

De la liberté

Une doctrine économique viable, qui ne pompe pas tout l’argent des Français pour le redistribuer aux régimes spéciaux, aux artistes de l’art d’État, aux médias du pouvoir et aux amis politiques. Une réduction drastique des dépenses, qui va de pair avec une réduction drastique des impôts.

La souveraineté, par exemple, n’est pas celle qu’exerce l’État sur la vie des gens, des entreprises et du monde culturel. La souveraineté, c’est d’abord celle de la personne. Souveraineté sur ce qu’elle pense, sur ce qu’elle veut, sur ce qu’elle fait, sans qu’on lui oblige à rentrer dans le cadre « théologique » des valeurs dites républicaines, ou de la bien-pensance médiatique et culturelle. Nous exigeons la mise en place urgente de conditions qui puisse permettre une liberté pleine et complète de la personne.

Nous exigeons des mesures concrètes pour mettre en place ces conditions de possibilité : le chèque scolaire, un immense plan de simplification administrative, une réduction drastique du train de vie de l’État, la suppression totale des subventions aux médias, la fin de l’intervention de l’État dans la vie économique (afin qu’il conserve un rôle de régulateur en dernière instance), et la suspension immédiate de toute intervention de l’État dans les questions morales et idéologiques.

Pour faire simple, nous exigeons la fin de l’idéologie de l’État-providence, de cet État-nounou qui prend votre argent pour le redistribuer à ses fins, qui éduque vos enfants avec des valeurs contraires à celle des parents, qui organise une propagande via les médias publics et l’art subventionné. Nous exigeons un moins-d’État, nous exigeons un minarchisme, nous exigeons qu’un Président avoue qu’il veut avoir moins de pouvoir sur la vie des gens.

De l’identité

Nicolas Sarkozy avait proposé un débat salvateur sur l’identité nationale, mais il a reculé devant la pression médiatique. Nous exigeons d’un président qu’il aille au bout de ce qu’il entreprend selon la ligne qu’il a proposé dans son programme et ses discours. Face à la France entière, un type comme François Hollande tient bon et impose toutes ses idées délirantes envers et contre tous.

Nous ne sommes pas sans savoir qu’il a perdu les dernières présidentielles parce que les médias avaient fait de lui un terrible « fasciste », selon les méthodes propres à la gauche. La note de Terra Nova (l’axe UMP-FN) avait donné le ton de toute la campagne ; on y retrouvait déjà tout ce qui a pu animer le « débat » : « droitisation », « ligne Buisson », etc. Que Nicolas Sarkozy n’en vienne pas à penser qu’il a perdu parce qu’il a été trop à « droite ». Vu ses dernières sorties à consonance politique (meeting de NKM, fusion avec l’UDI, raout de BHL) il y a tout lieu de craindre qu’il n'ait fait son bilan, et qu’il ne soit pas celui que nous attendions.

Nous exigeons la réduction drastique de l’immigration, la tenu d’une immense concertation sur l’identité nationale de laquelle puisse sortir une doctrine claire et précise de ce qui nous est ennemi (tout ce qui s’oppose à la liberté et à la souveraineté de la personne) et de ce qui nous est ami (les pays de liberté, notamment religieuse). Nous attendons d’un Président qu’il protège la France, non qu’il la saccage, volontairement (Hollande) ou involontairement (Sarkozy 2007-2012).





Lire aussi : Guillaume Faye : Les douzes plaies de la France

Goldofaf : Le Combat de Demain… à la 8e Journée de Synthèse nationale !