Qui ne risque rien n'est rien… sur le chemin de Damas, alors que les opinions ont cédé face aux certitudes…
on ne le dit assez : un âge n'en chasse pas un autre, tous les âges qu'on a vécu coexistent à l’intérieur de soi, ils s'empilent, et l'un prend le dessus au hasard des circonstances.

mardi 31 décembre 2013

France : les vœux à Flanby, l'histrion squatteur du palais de l'Élysée, niquant la France…




Il n’a même pas la prestance d’un bateleur de foire… et son rôle d’histrion le dépasse. C’est juste un ectoplasme nageant dans un costume bien trop grand pour lui sans la moindre once de chair et la moindre parcelle d’humanité…

Ses "vœux" ? Un mélimélo pipotron de phrases creuses puant mensonge et manipulation. Des gesticulations de matamore vaniteux tentant de faire oublier sa profonde responsabilité dans la situation catastrophique où il a mené la France… Le comble de tout cela, c’est que, devant le gouffre béant, il demande aux Français de l’aider à faire encore un pas en avant !

Un numéro qui s'enfonce dans un cloaque quand il croit bon de chanter sans vergogne et de sa voix de fausset la rengaine de « l’antiracisme », « de la lutte contre l’antisémitisme », « du refus des discriminations », « de la laïcité »… alors que le jour même il revient d’un séjour en Arabie Saoudite où, faisant la nique à la France, il s’était vautré dans l’ignominie brandissant devant des hôtes manipulateurs rigolards un sabre islamique vêtu du drapeau frappé de la cha'ada.

Rares sont les Français qui, ce 31 décembre, ont eu la bêtise d'assister à de telles bouffonnerie en guise de "vœux"… Le reliquat nécessitant sans doute encore une piqûre de rappel contre les institutions qui ont permis l'accès à la "magistrature suprême" (?) d'un tel pantin. Souhaitons à présent qu'avec ces derniers vaccinés les Français unis osent en 2014 le sursaut qui abattra enfin les institutions de cette maudite Ve République…



Une Quenelle pour la cha'ada à Flanby, vassal d'Israël… et de l'Arabie Saoudite


Impensable que Flanby, si con soit-il, n'ait pu saisir l'allégeance découlant d’un tel acte.

Flanby fait la nique à la France d'une quenelle islamique


Flanby tout ravi de brandir un cimeterre, l'épaule couverte du drapeau de l’Arabie Saoudite,
le drapeau vert de l’islam frappé de l’inscription de la cha'ada associée à un sabre,
symbolisant la soumission consentie ou non à la charia.



2014… La Valse des Quenelles ?


Valls en duo avec Dieudonné ? Excellent coup de pub bénévole, en tout cas !
Chaque soir, le "Théâtre de la Main d’or" jouant à guichets fermés,
Dieudonné aura à cœur d'évoquer celui à qui il doit tant !



Souhaitons qu’en 2014 tous ces politiciens, au mieux néfastes que par leur incapacité et leur et incompétence mais plus généralement cupides, sectaires aux ordres d’intérêts philosophiques et financiers incompatibles avec le service de la Nation, aient à déguster de somptueuses Quenelles…


Incompétence, cupidité, mépris de l’intérêt général caractérisent tous les politiciens formatés par l’idéologie démocratique universelle. Bien difficile de citer une Nation qui y échapperait… Le mal semble partout présent à des degrés divers, incrusté dans des institutions qui plutôt que d’en prémunir la Nation, ont progressivement été forgées pour favoriser le jeu pervers de ces politiciens…

Certaines Nations, celles qui ont élevé une institution suprême au-dessus du jeu politicien, sont plus aptes à se défendre, voire à inverser le courant des forces destructrices… Ce sont les Monarchies, même constitutionnelles, dans la mesure où le monarque bénéficie d’une très haute autorité morale.

Mettre le holà au désordre et à l’incurie politicienne peut résulter d’un sursaut populaire avec l’instauration d’un gouvernement de salut public… Cela peut aussi être du devoir de l’Armée du Peuple, de l’Armée de la Nation, par un coup d’État. Un coup d’État non pas destiné à confisquer le pouvoir - comme on tend par trop à nous le faire croire - mais à rétablir un climat de paix civique propice à une réflexion visant l’émergence de nouvelles règles de vivre ensemble, de légiférer, de décider…

Un coup d’État qui n’atteindrait pas l’institution suprême qu’est une Monarchie sera éminemment bénéfique sans provoquer de heurts majeurs. Il est bien évident que dans une République dans laquelle l’instance majeure est une Présidence dont la prétendue légitimité ne repose précisément que sur les règles remises en cause par ce coup d’État ses répercussions seront plus difficiles à maîtriser. Un tel coup d’État dans une République exige donc une volonté sans failles de la part de ceux qui le déclencheront et n’admettra aucune tergiversation.

Insoumission au système : que de Quenelles en perspective !


ProRussia.tv vous souhaite une bonne année 2014





Metamag : Poutine, homme de l’année

La voix et le rôle de la Russie ont été ce que devraient être la voix et le rôle de la France dans le monde


*      *
*




Numéro spécial du 30 décembre 2013 : petite rétrospective des succès d’audience de l’année écoulée. Voici le top dix des audiences des journaux hebdomadaires.

- Hors compétition, les couvertures spéciales des Manifs pour tous, qui rassembleront les mardi où elles seront mises en ligne presque 200 000 visiteurs uniques, pour un million de pages vues… En tête, celle du 25 mars, 1ère audience annuelle, suivie de la manifestation du 14 janvier, 3ème audience annuelle, et celle du 28 mai, 7ème audience annuelle.
Ces manifestations auront été pour nous l’occasion d’aller à la rencontre de notre public, à votre rencontre, et l’accueil que vous nous avez réservé, notamment lors de la dernière, a profondément touché nos équipes par sa gentillesse et ses félicitations. Nous ne saurions trop conseiller à nos confrères français d’essayer, une fois, juste pour voir de dire la vérité. Ils seraient étonnés d’en voir la satisfaction que l’on peut en retirer auprès des Français. Rendez-vous les 26 janvier et 2 février prochains !
Nous pourrons dire merci à France2, à sa russophobie et à ses mensonges quotidiens. C’est en démontant une de ces nombreuses manipulations que nous nous ferons connaître sur le web, dès la première semaine de janvier. Il faut reconnaître qu’ils ont fait très fort… Souvenez-vous, c’était en plein délire anti-Depardieu et anti-Bardot. C’est un extrait du journal du 7 janvier, intitulé « France2 caricature haineuse ».

- Deuxième audience, qui nous échappera d’ailleurs totalement, tant la vidéo a été reprise sur des sites indépendants et copiées, la mise au point que nous avons tenu à faire vis-à-vis d’un escroc intellectuel : BHL. Voilà un sanguinaire que la diplomatie russe a ridiculisé… C’est un extrait du journal du 2 septembre, intitulé « BHL : vampire des carpettes »

- Un sujet que nous pensions banal s’est glissé à la troisième place. Il a déchainé les sites militaires sur la toile. Plus ils étaient proches des ministères, plus on le critiquait… mais il fallait surtout lire les commentaires des officiers, sous-officiers et soldats du rang qui, systématiquement, confirmaient les faits. C’est un extrait du journal du 11 mars, intitulé « 5 500 généraux en France : quand Hollande se prend pour Zappata »

- Beaucoup plus grave, cette mise en accusation des autorités de tutelles du Kosovo. Sept mois plus tard, toujours pas de démenti ou de procès en diffamation. L’enquête, elle, se poursuit sur place et conforte chaque jour l’horreur des faits et la responsabilités des mis en cause. C’est un extrait du journal du 13 mai, intitulé « Trafic d'organes au Kosovo : les amis de Bernard Kouchner arrêtés les uns après les autres »

- Les questions sociales françaises, le matraquage fiscal, les gaspillages, la perte de souveraineté de la France, sont des sujets régulièrement traités sur notre plateau. Le sujet qui suit a la particularité de tous les rassembler. Il se hisse à la 5e place. C’est un extrait du journal du 20 mai, intitulé « L'Europe l'a décidé : ce sera les "allocs" pour tous »

- Nous aurons aussi des succès en Afrique, où certains de nos reportages seront repris sur les chaines nationales, où sur des blogs très influents. Notre manie de vouloir regarder derrière le décor dressé par les médias officiels qui se contentent de recopier les dépêches de l’AFP ou de la BBC, place cette analyse de l’attaque terroriste sur Nairobi à la 6e place du top 10 des audiences. C’est un extrait du journal du 30 septembre, intitulé « L'attaque de Nairobi : ce que les médias occidentaux n'ont pas voulu ou su vous dire »

- 2014 sera le centenaire de début la Première Guerre mondiale. La plus grande guerre civile européenne, avec ses millions de morts et de blessés, l’apogée des Nations. En Hollandie, cela commence très mal… L’idéologie, le dogmatisme, pour torturer la réalité, déformer l’histoire, pervertir la mémoire… C’est un extrait du journal du 11 novembre, intitulé « Première guerre mondiale : les commémorations du centenaire commencent bien mal en Hollandie. »

- Autre pays africain, où la désinformation occidentale fait des ravages. La Côte d’ivoire, livrée aux appétits de la City et où la France joue pour la première fois sans doute contre ses intérêts, et comme simple compagnie de CRS de l’OTAN. Viendront le Mali, la Centrafrique… C’est un extrait du journal du 13 mai, intitulé « Côte d'Ivoire : Outtara aussi populaire et efficace que François Hollande en France »

- Nous n’aurons eu de cesse pendant ces douze derniers mois de mettre en évidence la nécessité d‘appliquer la solution russe à la crise syrienne. État souverain, la Syrie et son gouvernement légal doivent faire à une agression étrangère, qui arme des terroristes islamistes qui massacrent la population, rasent le patrimoine et usent d’armes de destruction massive. Leurs commanditaires useront de tous les mensonges pour faire porter la responsabilité des atrocités sur Bachar-al-Assad. C’est un extrait du journal du 9 septembre, intitulé « Syrie : des preuves accablantes contre les amis de François Hollande et Laurent Fabius »

- 10e au classement, mais c’est presque une conclusion. Les médias français pris à leur propre jeu, une descente aux enfers qui ne manque pas de sel. Une rétrospective commencée avec France2, close avec Libération. Il y a quelque chose de pourri au royaume de Hollande… C’est un extrait du journal du 25 novembre, intitulé « Fusillade à Libération : quand les paumés se flinguent entre eux, le pays réel se marre »

Voilà qui clôt cette rétrospective de 2013. En ce qui concerne les autres émissions, que ce soit les « Rencontres avec », les « contre-enquêtes interdites », les « paroles d’élus » ou les « tout images », arrivent en tête :
Xavier Kemlin, l’homme qui fait la trembler la Hollandie
Les dissidents sont-ils désormais à l’ouest ?
• L’entretien réalisé avec Evgeny Fédorov qui a eu autant de succès en France qu’en Russie
• L’entretien réalisé avec François Asselineau, de l’Union Populaire, suivi de très près par Hervé Juvin, Ludivine de la Rochère et Jean-Yves Le Gallou.

Le Président Vladimir Poutine a décidé de fusionner en 2014 tous les médias publics russes travaillant en langue étrangères : l’agence de presse RiaNovosti, la radio La Voix de la Russie et la chaîne de télévision Russia Today, dans une seule et nouvelle agence fédérale d’information appelée « Russie d’aujourd’hui ».
Notre collaboration s’en trouvera renforcée et nous pourrons envisager la diversification de nos programmes, sans doute avec des rendez-vous quotidiens d’informations et d’entretiens.
Fidèles à notre raison d’être qui veut que la vérité ne soit jamais toute entière du même côté, nous serons là en 2014 pour que cette nouvelle année puisse rendre possible ce qui est nécessaire.

Tous nos vœux et à l’année prochaine…

Alain Soral : « La dernière forme de racisme qui existe est le judaïsme »


Entrons en résonance !!! Êtes-vous "Quenelle" ou "Bras d'Honneur" ? Ne doit être négligée aucune des contributions qui permettront d'abattre ce gouvernement, et avec lui enfin les institutions actuelles et tout un régime…

Alain Soral préfère un "Bras d'Honneur"…





Merci aux corps constitués ; merci au peuple français ; stratégies du Système – 1. Persécutions judiciaires : Frédéric Haziza, Caroline Fourest, LICRA, Bertrand Delanoë ; 2. Agressions : librairie Facta ; 3. Désinformation : la quenelle, geste antisémite ? Soral et Dieudo fâchés ? défis bidons  : Éric Naulleau, Julien Salingue.




Nouvelle formule (action/réaction) ; politique intérieure : bilan rapide ; le retour de l'antiracisme ? la vraie lutte contre le racisme ; Nelson Mandela (1918-2013) ; l'autre apartheid ; la situation en Afrique centrale ; et pendant ce temps… en Italie ; informer et rire (en attendant la révolution) ; L'Humanité, le journal financé par vos impôts ; E et R vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année.



lundi 30 décembre 2013

Entrons en résonance contre "le rapport de la honte" pour la "refondation de la politique d'intégration"

Entrons en résonance !!! Rien ne doit être négligé de toutes les contributions qui permettront d'abattre ce gouvernement, et avec lui enfin les institutions actuelles et tout un régime…

"Minurne Résistance, d'abord la France" a établi un dossier complet concernant "le rapport de la honte" pour la "refondation de la politique d'intégration"… Un dossier à lire attentivement, méditer et diffuser largement par courriels et sur tous les blogs… Et dans l'hypothèse ou par malheur ce nouveau forfait viendrait malgré tout à être perpétré contre la France, que ce dossier serve un jour à juger les traîtres qui l'auront fomenté !

Le projet éventé ayant fait scandale et provoqué un sain rejet populaire, Flanby et ses séides se sont péniblement justifiés en précisant que "ce n'était qu'un rapport, et pas la position du gouvernement"… Le hic est que "Minurne Résistance, d'abord la France" a obtenu copie d'un courrier du 5 août 2013, cosigné de Manuel Valls [encore lui !], ministre de l'Intérieur et de Marylise Lebranchu. Ce courrier explique clairement que "les 5 relevés de conclusions des groupes serviront de base au document de stratégie gouvernementale qui sera rendu public par le Premier ministtre à l'automne". Ci-après, diffusé par "Minurne Résistance, d'abord la France", un extrait sans ambiguïté de ce courrier :



Ainsi donc, sans même savoir ce que seraient les conclusions de ce "rapport" (mais tout de même avec une petite idée compte tenu de la constitution des groupes), le ministre de l'Intérieur notait que ce travail allait servir de base à la "stratégie gouvernementale" sur l'intégration.

Un des principes fondamentaux de la rhétorique est qu'on ne peut pas dire une chose et son contraire :

- Soit l'exécutif ment effrontément à l'automne en prétendant qu'il ne s'agissait "que d'un rapport" (sous-entendu, voué à pourrir au fond d'un tiroir, comme la plupart des rapports que les énarques affectionnent de commander à leurs copains) ;

- Soit l'exécutif mentait par flagornerie en août, faisant croire aux membres des commissions que leur travail allait servir à établir la stratégie gouvernementale !

Voici ce qu'en pense Valeurs Actuelles, un des rares magazines à employer encore de vrais journalistes d'investigation :
Devant la polémique suscitée par les rapports sur la politique d’intégration (révélés en exclusivité par Valeurs actuelles dès le 5 décembre), François Hollande a botté en touche, affirmant que ces propositions ne reflétaient « pas du tout la position du gouvernement ». « Oubliant » de préciser que ce travail a été mené sous la tutelle de plusieurs ministères, qu’une des lettres de mission a été signée, le 5 août dernier, par Manuel Valls et Marylise Lebranchu (document ci-dessus), et que Jean-Marc Ayrault lui-même avait confirmé sa « volonté de construire une nouvelle approche de la politique d’intégration en conformité avec les préconisations du rapport Tuot ».
Un rapide survol des personnalités ayant travaillé à ces rapports ou ayant été auditionnées permet d’ailleurs d’écarter définitivement la piste de « l’accident » : de Jacqueline Costa-Lascoux, ex-présidente de la Ligue de l’enseignement, qui fut de tous les combats pour la laïcité, à Salah Amokrane, coordonnateur de l’association Tackticollectif et fondateur du parti de gauche Motivé-e-s, en passant par Jamel Oubechou, président de l’Institut des cultures d’islam, ou Bruno Laforesterie, président de l’association Hjp-Hop Citoyens et ancien conseiller de Hollande, tous, ou presque, sont issus des milieux associatif, universitaire, droit-de-l’homrniste, culturel…
La duplicité et le mensonge du chef de l'État, du chef de Gouvernement et du ministre de l'Intérieur viennent ainsi d'être mises en évidence par cette pièce accablante à joindre à ce dossier à charge, en attendant une éventuelle mise en accusation devant la Haute Cour.




MINURNE RÉSISTANCE APPELLE TOUS LES PATRIOTES À DONNER LA PLUS LARGE AUDIENCE À CE DOCUMENT, EN LE DIFFUSANT PAR TOUS LES MOYENS ET TOUTES LES VOIES POSSIBLES, AFIN QUE LE PEUPLE DE FRANCE GARDE UNE TRACE OFFICIELLE ET INALTÉRABLE DU FORFAIT QUE LE GOUVERNEMENT AYRAULT A TENTÉ DE PERPÉTRER EN 2013 CONTRE LES INTÉRÊTS SUPÉRIEURS DE LA PATRIE.
C'est un vrai tsunami médiatique qui s'est abattu sur le gouvernement Ayrault suite à ce que nous avons nommé ici le "Rapport de la Honte" traitant d'une "nouvelle politique d'intégration".

Face à cette avalanche de critiques, le pauvre Ayrault, réprimandé par un Hollande (excédé, dit-on) a dû faire marche arrière et banaliser un rapport qu'il encensait encore 48 heures plus tôt jusqu'à le mettre en ligne sur le site web de Matignon.

Un rapport qu'il avait tout de même commandé en grandes pompes quelques mois plus tôt…

Comme à l'accoutumée, le gouvernement tente de calmer le jeu, s'efforçant d'étouffer à qui mieux-mieux la colère justifiée d'un peuple à bout de nerfs et lançant ses "godillots" à la rescousse. Il suffisait d'écouter dimanche soir sur la station Europe 1 Hervé Le Bras, faux-jeton, faux-démographe (bien connu pour nier sous couvert d'un discours prétendument scientifique tout ce qui évoque l'islamisation de la France), tenter de rassurer les auditeurs avec des arguments débiles et pitoyables, face à son interlocuteur du Figaro particulièrement remonté.

Ne nous y trompons pas. Sous ses oripeaux grand-guignolesques, ce nouveau "couac" gouvernemental pourrait bien devenir une véritable affaire d'État.

Car il s'agit bien, à y regarder de plus près, d'une tentative consciente, planifiée et concertée de saper définitivement ce qui reste de l'identité française.

Avec l'aide de nos amis patriotes, et notamment de l'Alliance pour la Souveraineté de la France en la personne de son secrétaire général Bernard Chalumeau, nous avons reconstitué la genèse de cette scandaleuse affaire.

C'est donc un véritable dossier à charge que nous constituons aujourd'hui, avec comme premier objectif d'empêcher, par la vigilance populaire, cette nouvelle tentative criminelle de destruction de la France.

Nous ne connaissons que trop bien la stratégie perverse des socialistes : on lance un grossier ballon d'essai, on fait semblant de reculer face à un éventuel rejet populaire (s'il a lieu), et on avance ensuite à pas feutrés pour faire passer le projet à dose homéopathique, de sorte que le bon peuple a - in fine - le sentiment d'avoir évité le pire…

Et dans l'hypothèse ou par malheur ce nouveau forfait viendrait malgré tout à être perpétré contre la France, ce dossier servira un jour à juger les traîtres qui l'auront fomenté.

Marc Le Stahler




RAPPORT SUR LA REFONDATION DE LA POLITIQUE D'INTÉGRATION
- EXPOSÉ DES FAITS

1 - LE COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE MATIGNON

Le 11 juillet 2013, le Pôle "Stratégie, Médias et Communication" du gouvernement publie le communiqué de presse suivant par lequel il annonce le "lancement de groupes de travail" pour la "refondation de la politique d'intégration".

5 groupes sont ainsi constitués :

- "Connaissance / Reconnaissance" :  culture, histoire, mémoire ;
- "Faire Société Commune" (sic) : citoyenneté, services publics, dialogue avec la société civile ;
- "Mobilité Sociale" :  éducation, emploi, formation ;
- "Habitat"  : segrégations urbaines, ruralité, mobilité géographique ;
- "Protection Sociale" : prévention, accès aux droits, personnes âgées.


Ces 5 groupes sont respectivement présidés par Murielle Mafessolli, Ahmed Boubeker, Chantal Talland et Khalid Hamdani.

Le communiqué de presse original est accessible en cliquant sur le lien ci-dessous :

COMMUNIQUE DE PRESSE.pdf

Cette décision faisait suite au "Rapport au Premier ministre sur la refondation des politiques d'intégration", remis par Thierry Tuot au Premier ministre le 1er février 2013.

Ce rapport initial original est accessible en cliquant sur le lien ci-dessous :

RAPPORT REFONDATION DES POLITIQUES D'INTEGRATION 1/2/13.pdf

2 - LA LISTE COMPLÈTE DES MEMBRES DES 5 GROUPES

La liste complète des membres des 5 groupes est accessible en cliquant sur le lien ci-dessous :

LISTE DES MEMBRES.pdf

Ces 5 groupes représentent 104 membres, auxquels s'ajoutent les 5 présidents et 5 vice-présidents, soit 114 personnes en tout.

3 - LA LETTRE DE MISSION DU PREMIER MINISTRE

Le 31 juillet, le Premier ministre adresse un courrier aux présidents de groupes, indiquant plus clairement l'esprit du travail demandé et fixant les objectifs.

Vous trouverez le courrier adressé à M. Khalid Hamdani en cliquant sur le lien ci-dessous :

LETTRE DE MISSION.pdf

4 - LE RAPPORT

Le rapport complet est constitué des 5 rapports de groupes.

Les 5 rapports de groupes sont consultables en cliquant sur chacun des liens suivants :

- RAPPORT CONNAISSANCE RECONNAISSANCE.pdf 

- RAPPORT FAIRE SOCIETE COMMUNE.pdf

- RAPPORT MOBILITES SOCIALES.pdf

- RAPPORT INTEGRATION HABITAT.pdf

- RAPPORT PROTECTION SOCIALE.pdf


5 - LES PREMIÈRES RÉACTIONS DES MÉDIAS

Nous avons déjà publié il y a quelques jours une synthèse rapide de ce RAPPORT DE LA HONTE.

Nous joignons à ce dossier les commentaires de 2 médias, TF1 et Arte, tels que présentés le 13 décembre sur Internet, consultables en cliquant sur le lien ci-dessous :

REACTION DES MEDIAS.doc

Par ailleurs, dans un post publié par l'Express.fr, l'essayiste Malika Sorel déclare regretter que le gouvernement Ayrault ne se soit pas immédiatement désolidarisé de ce rapport, qui "part du principe que la France est coupable et raciste".

Cet article de l'Express.fr est consultable en cliquant sur le lien ci-dessous :

L'EXPRESS / MALIKA SOREL




COMMUNIQUÉ DE BERNARD CHALUMEAU

ALLIANCE POUR LA SOUVERAINETÉ DE LA FRANCE

Le rapport qui veut réintroduire le voile à l’école ne fait qu’obéir aux directives de Bruxelles !

Le premier ministre s’est à juste titre, mais tardivement, désolidarisé du rapport sur la refondation de la politique d’intégration de la France. Mais a-t-il conscience que ce rapport n’est que la mise en œuvre d’un certain nombre de directives européennes ?

Ce texte se situe dans le droit fil du traité de Lisbonne et du « Plan national d’action contre le racisme et l’antisémitisme 2012-2014 du 15 févrie 2012 » émis sous le mandat de Nicolas Sarkozy.

En y regardant bien, force est de constater que c’est à l’application de dispositions issues de l’Union européenne que se plient les propositions de ce rapport telles que :

- le port du voile, la valorisation de la langue arabe des langues africaines dans nos écoles ;

- la censure des médias de tout ce qui concerne la nationalité, l’origine, l’appartenance ethnique, la couleur de peau, la religion la culture « sauf si cette information est reconnue pertinente » ;

- l’ouverture des droits aux prestations sociales à tous les enfants quels que soient leur condition d’arrivée en France, leur pays d’origine et la situation de leurs parents au regard du droit de séjour en France ;

- le renforcement de l’arsenal répressif attribué à la HALDE par la création de la « Cour des comptes de l’Égalité ».

À savoir, notamment :

- aux articles 2 et 6 du Traité sur l’Union Européenne (Traité de Lisbonne) ;

- à l’article 10 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (Traité de Lisbonne) ;

- à l’article 21 de la Charte des droits fondamentaux (Traité de Lisbonne) ;

- à la déclaration 86/C 158/01 du Conseil et du Parlement européen ;

- à la directive européenne N° 2000/43 nous apportant la HALDE ;

- à la décision cadre européenne N° 2008/913/JAI ;

- au règlement du Conseil européen N° 167/2007 ;

- au Protocole additionnel du Conseil de l’Europe du 28 janvier 2003.

Se conformant au dogme du cosmopolitisme mondialiste prévalant dans ce traité, ces propositions conduiraient, si par malheur elles étaient appliquées, à des affrontements permanents entre communautés, tant l’Histoire à démontré qu’une société multiculturelle est multi conflictuelle.

Aux propositions d’intégration et « d’inclusion » du rapport, c'est-à-dire de juxtaposition, c’est une vaste politique d’assimilation qu’il y a lieu d’instituer dans notre pays.

Soucieuse de sauvegarder la paix civile et de préserver l’unité nationale, l’Alliance pour la Souveraineté de la France invite les Françaises et les Français à prendre connaissance des textes du rapport joints et de redoubler de vigilance afin que nul n’introduise jamais de telles dispositions belligènes sur le territoire de la République.

C’est pourquoi elle demande la dénonciation du traité de Lisbonne. Cette dénonciation, comme chacun peut le constater aujourd’hui, est indispensable, mais aussi parfaitement légitime, puisque les Français ont massivement rejeté ce texte dans sa forme antérieure intitulé alors « Traité établissant une constitution pour l’Europe ».

Bernard Chalumeau
Secrétaire Général
Alliance pour la Souveraineté de la France


Un article remarquable, écrit par un chercheur malheureusement trop discret : Alexandre Gerbi

Réponse et réflexions au sujet du rapport contesté sur l’intégration



dimanche 29 décembre 2013

Il n'y a pas d'affaire Dieudonné, mais sûrement une affaire Valls…







Dans cette vidéo révélée en 2011 par Oumma, le ministre de l'Intérieur du gouvernement actuel de la République française Manuel Valls affirme, entre autres paroles stupéfiantes, être « par sa femme, lié, de manière éternelle, à la communauté juive et à Israël ». Le ministre français de l'Intérieur travaillerait-il pour un pays étranger : Israël ? Israël et la France auraient-ils obligatoirement vocation à poursuivre partout et tout le temps une même politique ? Pour nombre de politiciens français de droite comme de gauche cela semble aller de soi.

Une information dérangeante pour celui qui viserait Matignon et l'Élysée. Une information embarrassante pour un politicien fébrile qui voudrait censurer un comédien qui, dans un style très personnel, ne fait que dénoncer des faits établis. Que cette satire sans concession déplaise à ceux qui en offrent la trame, soit. Que ceux-là veuillent interdire les spectacles de ce comédien, c'est de leur part être de bien mauvais démocrates.

La France s'enorgueillit d'une longue tradition de chansonniers… Des chansonniers qui restent certes des amuseurs, mais qui dans un pays démocratique et de libre expression sont aussi là pour dénoncer les éventuels travers des hommes de pouvoir. Et être par là-même un frein aux tentations de dérives et d'excès de pouvoir de ces politiciens. Les rois eux-mêmes, au temps de la monarchie absolue, avaient leurs bouffons ! Manuel Valls et la clique qui a confisqué le pouvoir en France prétendraient-ils exercer une toute-puissance que ne se sont jamais octroyée les monarques les plus omnipotents ?







Compte-rendu de la conférence de Dieudonné au théâtre de la Main d'or
… Se réclamant fièrement de la paternité de la quenelle, l’humoriste précise qu’elle ne lui appartient plus. Et pour cause. D’un geste potache, repris ici et là, faire croire que c’est antisémite est une dangereuse dérive autoritaire, a-t-il estimé. Le public présent le lui a rendu bien, devant des journalistes perdus, hébétés et médusés. Dieudonné les a ensuite taclés, en se demandant pourquoi, alors qu’ils lui crachent à la gueule depuis 10 ans, viennent maintenant lui demander des interviews. Il a annoncé avoir établi une loi selon laquelle, il posera aussi des questions. S’amusant avec la demande de Canal+, il a déclaré que ces derniers ont dit que ça ne sera pas possible. Il se mit à rire aux éclats, une façon pour lui de dire qu’il n’a nullement besoin d’eux pour remplir les salles. L’humoriste allait alors annoncer une nouvelle à faire pâlir de jalousie les autres humoristes. En effet, pour le début de sa tournée "Le Mur", à Nantes, près de 6000 places ont déjà été vendues. Alors Valls, la sens-tu ?






Quand la démocratie est en danger… des attitudes à vous foutre la chair de poule…

Manuel Valls lors du congrès annuel du Parti socialiste
le 27 octobre 2012 à Toulouse
Le national-socialiste Adolf Hitler
lors d'un discours en 1933



DIEUDONNE, NÜREMBERG, GAYSSOT, SIONISME, SEMITISME, MANUEL VALLS, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

samedi 28 décembre 2013

Le général Prayuth Chan-ocha refuse de se prononcer sur un coup d’État militaire


Le chef de l'armée, le général Prayuth Chan-ocha,
pose parmi des soldats de la Garde royale du Prince Héritier Maha Vajiralongkorn

Le chef de l'armée, le général Prayuth Chan-ocha, a refusé ce vendredi de se prononcer sur un coup d'État militaire, mais admet qu’une telle éventualité ne pouvait être exclue tout en exprimant sa préoccupation sur la situation politique actuelle, en particulier la violence croissante.


Bangkok Post : Coup possible if situation demands it, Prayuth says

The Nation : Prayuth refuses to rule out a military coup

Eric Miné : Cette Thaïlande qui défie l’ordre mondial



mardi 24 décembre 2013

L'heure est grave… Chantons "Minuit, Chrétiens !" en communion avec nos soldats…

Il est né le Divin Enfant




Cette messe de minuit commentée, dans une paroisse rurale de la Somme, a été radiodiffusée en 1982.
On y entend la liturgie traditionnelle en latin, le plain-chant et les cantiques populaires de Noël.


Marc-Antoine Charpentier, Messe de Minuit, Part #1, Moscow Oratorio, conductor-Alexander Tsaliuk, Musica Viva Chamber Symphony Orchestra, soloists : Olga Povstyanaya, Irina Aganezova, Anastasiya Bakastova, Georgy Faradzhev, Vladimir Ognev, Live recording at the Gnessin Academy of Music, Moscow, 2004.



Robinson suscite une répulsion anti-maçonne favorable à Hery Rajaonarimampianina



Situation lundi 30 décembre, 8 heures 57 à Tana
après dépouillement de plus de 97,72% des bulletins de vote.
Une situation favorable à Hery Rajaonarimampianina, et qui ne peut plus s'inverser.

Infographie des vainqueurs par régions, état comparé du 1er et 2nd tour



Le deuxième tour de la présidentielle qui s’est tenu ce vendredi 20 décembre, penche globalement en faveur du candidat Hery Rajaonarimampianina. Aux premiers échos des circonscriptions électorales dans tout Madagascar, celui-ci mène confortablement dans les provinces, tandis que son concurrent, Jean-Louis Robinson a conservé tant bien que mal son avance dans la capitale et dans les régions Vakinankaratra et Itasy.

Sauf que à Antananarivo et ses environs, le candidat du Hery Vaovao ho an’i Madagasikara, a réalisé une impressionnante remontée par rapport à son retard sur son adversaire, au premier tour. En effet, les premières tendances donnent près de 60% pour Jean-Louis Robinson contre environ 40% pour Hery Rajaonarimampianina. Par contre, dans les autres villes-clés telles que Toliara, Toamasina et Mahajanga, même à Fianarantsoa, ce dernier mène largement au score avec les mêmes proportions. Autrement dit, compte tenu de ces premiers résultats, le candidat n°3 aurait déjà une longueur d’avance sur le 33.

Ayant terminé premier au précédent tour du 25 octobre dernier, Jean-Louis Robinson est sur le point de perdre l’ultime bataille pour diverses raisons que l’on pourrait associer à ses propres maladresses. À commencer par sa sortie trop arrosée, un vendredi après-midi, le jour même de la proclamation officielle des résultats du premier tour. Une occasion pour ses partisans de connaître le vrai visage de leur favori. Bon nombre d’observateurs ont estimé qu’il avait considérablement compromis sa cote de popularité à cause de cette bourde.

Le deuxième coup dur qui lui est fatal est survenu lors du deuxième débat télévisé entre les deux candidats au cours duquel Jean-Louis Robinson a reconnu avoir la nationalité française, être affilié au parti socialiste à Flanby et appartenir à une grande loge de franc-maçonnerie.

Comme un courant francophobe s’est considérablement amplifié dans la capitale malgache depuis le début d'une crise qui serait orchestrée par la France selon l’opinion publique, cette révélation fracassante de Robinson a poussé beaucoup d’indécis à voter pour l’autre camp.

D’autant plus que cette histoire de franc-maçonnerie est très mal vue par les Tananariviens qui en ont déjà une idée via les films documentaires sur le sujet qui inondent le marché d’Analakely et de Mahamasina.


La Gazette de la Grande Île - Bien que Rajaonarimampianina mène… le suspense reste entier


lundi 23 décembre 2013

La Quenelle à Rivarol : Flanby reçoit ses ordres du CRIF !




Les présidents et les gouvernements changent mais c’est toujours le Conseil représentatif des institutions juives de France qui donne ses ordres. Que le locataire de l’Élysée s’appelle Jacques, Nicolas ou François, rien jamais ne varie. Le 16 décembre au soir le chef de l’État recevait en grande pompe les dirigeants du CRIF qui soufflait ses septante bougies.

« Je tenais à vous accueillir pour le 70e anniversaire du CRIF. Le 60e anniversaire c'était Jacques Chirac, nous verrons bien qui sera là pour le 80ème anniversaire. C'est une bonne tradition que de pouvoir, ici à l'Élysée, renouveler le pacte de confiance qui existe entre la République et le CRIF » a déclaré François Hollande plus obséquieux et soumis que jamais. Le mot “pacte” est important car si la séparation de l’Église et de l’État est effective depuis décembre 1905, la République et la synagogue (mais aussi les loges) sont très étroitement imbriquées. « Le CRIF, c'est une histoire. Une longue histoire, qui remonte à 1943, au plus profond de la Shoah » a pleurniché celui qui nous sert de président de la République, évoquant « la souffrance exceptionnelle » des Juifs qui sont les seuls à avoir souffert dans l’histoire sans jamais faire souffrir personne, comme les Palestiniens sont bien payés pour le savoir. Seule la douleur juive est indicible ; elle est unique et ne saurait être comparée à toutes les autres. Même la passion et la mort du Christ au Golgotha ne sauraient rivaliser avec la Shoah, c’est pourquoi il fallait en toute hâte déplacer le carmel d’Auschwitz et enlever la grande croix érigée en ce lieu où Dieu s’est tu. Voilà la vulgate à laquelle il nous faut adhérer. « Le CRIF, c'est une institution originale. Ce n'est pas l'État qui a encouragé, ni décidé la naissance du CRIF. Ce sont les Juifs qui se sont organisés eux-mêmes, qui ont choisi leurs représentants. C'est ce qui explique sans doute la liberté qui a toujours été la vôtre, encore aujourd'hui Monsieur le Président (Cukierman), car quand vous avez des choses à dire, vous les dites et vous les dites librement, franchement, sincèrement, et nous vous écoutons » a déclamé Hollande. Au moins là les choses sont claires. On sait qui dirige dans ce pays. L’allégeance absolue du CRIF à l’entité sioniste ne gêne pas du tout le concubin de Valérie Trierweiler. « Je sais la solidarité du CRIF avec l'État d'Israël. Et je veux y revenir, parce qu'elle ne pose pas problème. Parce que cette solidarité est légitime, et vous n'avez pas à vous en justifier. » D’autant que le chef de l'État, qui se moque éperdument des intérêts de la France, défend vigoureusement ceux de l’entité sioniste, notamment dans le dossier iranien : « nous maintiendrons notre vigilance, parce que pour nous, il n'est pas question que l'Iran puisse accéder, d'une manière ou d'une autre, à l'arme nucléaire ».

Cerise sur le gâteau, Hollande, dans ce discours sirupeux, appelle les Français à la délation et s’en prend à l'humoriste Dieudonné : « Contre lʼantisémitisme, la Garde des Sceaux, le ministre de l'Intérieur, sont entièrement mobilisés. Vous savez qu'ils ne laissent rien passer. L'antisémitisme, nous l'avons tous dit, ce n'est pas l'affaire de la communauté juive, c'est l'affaire de tous les Français. C'est pourquoi j'invite tous ceux qui sont victimes d'actes racistes, d'une manière générale, mais d'actes ou de propos antisémites, à ne rien tolérer et à s'adresser à la police, à la justice, parce que les coupables doivent répondre de ces actes et doivent être identifiés et sanctionnés. De même, nous agissons, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, pour que sur Internet — on en a parlé souvent — nous puissions là-encore éviter la tranquillité de l'anonymat qui permet de dire des choses innommables sans être retrouvé. J'ai demandé au gouvernement d'y veiller tout particulièrement et de lutter contre le sarcasme ou ceux qui se prétendent humoristes et qui ne sont que des antisémites patentés que nous devons également combattre. » Va-t-on à nouveau interdire les spectacles de Dieudonné ? Criminaliser le geste de la quenelle que la LICRA assimile de manière délirante à « un salut nazi inversé » ?

Lors d’un procès qui nous a été récemment intenté par le ministère de l'Intérieur pour un article d’Hervé Ryssen « La stratégie de la terreur » paru dans RIVAROL en mars 2011, nous avons fait valoir devant la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris qu'aujourd’hui le regretté Pierre Desproges ne pourrait plus faire paraître son livre "Les étrangers sont nuls" ni intégrer dans ses spectacles son sketch hilarant sur les juifs et que même le film "Les Aventures de Rabbi Jacob" avec Louis de Funès pourrait être interdit. À notre grande surprise, le substitut du procureur qui réclamait notre condamnation (nous avons finalement été relaxés dans ce dossier) en a convenu, en ajoutant que, si Desproges et De Funès ne pourraient plus en effet dire et faire aujourd’hui ce qu’ils disaient et faisaient naguère c’était de la faute à des antisémites comme Ryssen et les journalistes de RIVAROL ! Voilà où nous en sommes !


La vérité, c’est qu’avec le phénomène Dieudonné qui obtient un succès impressionnant (certaines de ses vidéos sont regardées par plus de deux millions d’internautes !), le Système a pris un coup auquel il ne s’attendait pas. Et plus il a cherché à faire taire l’ancien compère d’Elie Semoun, plus ce dernier en a rajouté dans la provocation, s’acoquinant avec Jean-Marie Le Pen puis avec Robert Faurisson dont, sous un mode humoristique, il aide puissamment à faire connaître les positions dans le grand public. Alors que notre modeste presse ne touche que quelques milliers de personnes, Dieudonné remplit des salles entières, à Paris comme en province, en France comme à l’étranger et comme il a un talent fou (c’est à notre avis le plus grand humoriste depuis Desproges), il est d’autant plus dangereux pour les dirigeants du courageux petit peuple. Le gouvernement a donc décidé de mettre en œuvre tous les moyens pour le neutraliser comme si dans une France où se commettent chaque année des millions de crimes et de délits la priorité absolue était de faire taire les humoristes libres, talentueux et courageux.



Dieudonné : "François, la sens-tu qui se glisse dans…, la Quenelle !"


Quand Dieudonné célèbre Flanby… Une attention appuyée, et inattendue de l'humoriste à l'intention d'un politicien passé maître dans l'art de se ridiculiser lui-même… À chacun de juger. Flanby avait-il vraiment besoin des services d'un Dieudonné ? Quoique pour la crédibilité de la France, il reste préférable que les rôles ne soient pas confondus… Il n'appartient pas à un prétendu moi-président de jouer éternellement au bouffon.  Encore moins d'afficher son ivresse chaque fois qu'il se trouve en la compagnie qui lui est la plus chère, aujourd'hui avec le CRIF,  il y a peu en "Israël".










dimanche 22 décembre 2013

Un dimanche à Bangkok, parmi une population aspirant à une démocratie authentique


 












 




















Manifestations organisées, soutenues ou encouragées par l'ADIMAD


MÉMOIRE DE LA RÉSISTANCE ALGÉRIE FRANÇAISE







Flanby chavire dans sa complicité imbécile avec les organisations juives…

Alors que des milliers de familles attendent depuis plus de cinquante ans le retour de plus de 3000 disparus après la capitulation gaulliste du 19 mars 1962 et notamment le 5 juillet 1962 à Oran, Flanby bourré avoue avoir récemment manifesté de vives inquiétudes pour la santé et la sécurité de son ministre à lui ouvertement  inféodé à Israël, Manuel Valls, en voyage à Alger… In vino veritas…
Dans un discours prononcé le lundi 16 décembre à l'Élysée au cours du 70ème Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), "François Hollande annonce – sans transition justifiée – la visite prochaine de Manuel Valls en Algérie. Le ministre de l’Intérieur français lui rappellera qu’il revenait justement d’Algérie. Réplique au vol : « Il en revient sain et sauf », relance tout sourire béat coutumier, le président français. « C’est déjà beaucoup ! », ajoutait-il sous les rires des convives et journalistes amusés" rapporte le quotidien algérien El Watan. Une plaisanterie de mauvais goût, des insinuations pathétiques, et un nouveau coup de froid à l’horizon dans les relations censées être « normalisées » depuis la visite de François Hollande en Algérie poursuit El Watan qui y voit un «  humour grinçant le racisme et sentant les stéréotypes sortis tout droit de la remise du centenaire de la colonisation (dit de la conquête) ou de l’Exposition universelle (et des indigènes) de Paris de 1889. » [Ouma : La blague de mauvais goût de Hollande qui choque l'Algérie]




El Wattan - Lamamra : Les propos de Hollande sont "une moins value" dans les relations algéro-françaises

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a indiqué samedi à Alger que les récents propos du président français, François Hollande, sur la sécurité en Algérie, représentent une "moins-value" à l’esprit qui enveloppe les relations algéro-françaises.

"Il est clair qu’il s’agit d’une moins-value par rapport à l’esprit qui enveloppe nos relations et à la réalité de ce que les délégations françaises et même autres peuvent constater de la situation sécuritaire en Algérie", a indiqué M. Lamamra lors d’une conférence de presse à l’issue de ses entretiens avec son homologue chinois, Wang Yi.

Le président français avait évoqué lors d’une rencontre officielle du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) le retour "sain et sauf" de son ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui était en mission en Algérie.

M. Lamamra a ajouté que "le sens de l’humour peut apporter une valeur ajoutée au sens des responsabilités lorsqu’il s’exprime avec élégance, avec mesure et qu’il introduit de la décontraction dans le cadre de cet art souvent austère qui est la pratique de la diplomatie. À l’inverse, le sens de l’humour peut être générateur d’une moins-value lorsqu’il abouti à suggérer que les réalités ne seraient pas celles qui sont à la portée de tous et qui ont pu être vérifiées par tous".

Il a estimé que les propos de M. Hollande pourraient paraître une "improvisation d’une plaisanterie" tout en notant que "les improvisation sont souvent périlleuses".

Le chef de la diplomatie algérienne a tenu à rappeler que l’Algérie a eu le "plaisir" et le "privilège" d’avoir en visite d’État le président français, qui a pu bénéficier, aux côtés du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de bains de foules et de l’hospitalité chaleureuse du peuple algérien à Alger comme à Tlemcen.

Concernant Manuel Valls, M. Lamamra a rappelé que ce dernier était son interlocuteur pendant sa récente visite en Algérie où il accompagnait, avec une importante délégation, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, affirmant qu’il n’a, à aucun moment, ressenti en lui la "moindre préoccupation" concernant sa propre sécurité comme celle de toute la délégation.

"L’année 2012 s’est terminée avec le succès éclatant de la visite d’État du président Hollande en Algérie. L’année 2013, n’est pas encore terminée, et nous ne souhaitons pas la terminer sur une mauvaise note. J’espère que nous puissions trouver les moyens, dans les jours qui nous séparent, de tourner la page de cet incident regrettable".


Algérie Patriotique : Laurent Fabius est le premier coupable

Il existe une note du ministère français des Affaires étrangères qui affirme que «le risque terroriste reste élevé en Algérie»… Conséquent avec lui-même, le ministre français des Affaires étrangères n’était pas du voyage en Algérie avec Manuel Valls.


L'Expression : L'extravagant François Hollande

Un chef d'État est, communément, un personnage pondéré qui mesure ses mots, ne s'aventure pas dans des propos pouvant prêter à conjecture ou ouvrent la voie aux plus extravagantes hypothèses de la plus anodine à la plus grave. Pour dire qu'un chef d'État, au regard des responsabilités qu'il assume - tant vis-à-vis de son peuple que face à ses interlocuteurs étrangers - se doit de s'interdire des hâbleries qui prêtent à médire. C'est pourtant ce que le président français, François Hollande, s'est permis aux dépens de l'Algérie lors d'une cérémonie tenue à l'Élysée (célébrant le 70e anniversaire de la fondation du Conseil représentatif des institutions juives de France - Crif - Nous n'en dirons pas plus).

Posant son regard sur son ministre de l'Intérieur, Manuel Valls Hollande assure devant l'assemblée que ce dernier allait se rendre en Algérie. Manuel Valls, lui rappelle alors qu'il en revenait. Hollande lance donc une blague : « Il en revient sain et sauf. » Avant d'ajouter : « C'est déjà beaucoup ! ». Que faut-il penser de cette tirade ? Par quel bout la prendre ? L'Algérie est-elle en guerre ? Le sang y coule-t-il à flots ? Ou faut-il donner une interprétation autre, aussi grave, à des déclarations blessantes mal à… propos ? D'autant plus que quelques jours plus tôt, des médias français ont justifié le report de la rencontre amicale entre l'Algérie et la France (dans le cadre de la préparation de la Coupe du Monde de football au Brésil) par des raisons de… sécurité. Aussi, la plaisanterie ne semble pas aussi innocente que cela paraît. Mais encore ? Faut-il penser que Hollande a forcé sur le rosé, au point de ne pas se rendre compte de la gravité d'un discours indigne d'un personnage qui a en charge les destinées d'un pays de l'envergure de la France ? Non, ce n'est pas là une plaisanterie de mauvais goût. Un vaudeville de boulevard juste bon à faire rire les franchouillards. Cela fait mal et ne prête nullement à rire. Du moins de ce côté de la Méditerranée. Surtout lorsque celui qui prononce cette bouffonnerie vulgaire provient d'un parti politique (le PS français) qui n'a pas été avare de son soutien à un terrorisme qui a fait tant de mal à l'Algérie et aux Algériens dans les années 1990. Peut-on oublier l'apostrophe aux dirigeants algériens de son mentor François Mitterrand, alors président de la France, qui prétendait intimer à Alger de reprendre les élections législatives en 1992 ? Toutefois, François Hollande qui s'avère le pire président que la France ait connu, même à l'époque de la IVe République, n'en est pas à son premier « mauvais coup » qui, en juin dernier, confondait le peuple japonais avec le peuple chinois lors d'un toast offert en son honneur par l'empereur du Japon. « Je rappelle que le Japon a été frappé, comme la France, lors des attentats en Algérie, et j'ai exprimé euh les condoléances du peuple français à l'égard du peuple chinois. » Lapsus ? Ne relevons pas la mention (encore négative) faite à l'Algérie. Le président Hollande ne semblait donc pas savoir dans quel pays il se trouvait. Vous avez dit grotesque ? Ces bévues du président français, qui se sont répétées, depuis son accès à la présidence française, en mai 2012, ne sont ni des maladresses, ni des étourderies mais un état d'esprit et montrent, par des exemples à tout le moins affligeants, par qui et comment un pays comme la France - qui compte parmi les cinq grandes puissances du monde - est (mal) géré. Recevant en septembre dernier le multimilliardaire indien, Lakshmi Mittal, P-DG du groupe métallurgique ArcelorMittal - qui fait travailler et vivre des milliers de salariés des aciéries françaises - François Hollande ne s'est même pas rendu compte qu'il était face au puissant patron des industries de l'acier en personne qui croyait s'entretenir avec le fils auquel il demandait de transmettre ses vœux au père. Et ce dernier de répliquer du « tac au tac » : « C'est moi le père. » À l'époque, les médias français ne se sont pas fait faute de relever l'impair du président français, traduit par le milliardaire indien comme un affront. Ces balourdises, pour ne dire plus, sont devenues à la longue la marque d'un président français dont l'irresponsabilité des propos est déplorable de la part d'un homme qui occupe la magistrature suprême de son pays, qui se devait, se doit de savoir raison garder. Cela en toutes circonstances !



samedi 21 décembre 2013

Éric Zemmour : "Terra Nova a noyauté l’appareil d’État et l’Éducation"




Éric Zemmour revient sur le fameux rapport sur l’intégration. L’effet « Terra Nova », ce cercle de pensée d’extrême-gauche qui a noyauté l’appareil d’État, et même l’Éducation, et qui nous propose aujourd’hui d’abandonner notre langue et notre Histoire… et d'apprendre l'arabe.

Le parti de l'étranger, c'est plus le PC : le rapport que voudraient mettre en œuvre les socialauds… pour leur survie "démocratique"…

« LA GRANDE NATION POUR UNE SOCIÉTÉ INCLUSIVE » - Rapport au Premier ministre sur la politique d’intégration, par Thierry Tuot


Le Télégramme : Jeunes migrants - Le dispositif d'accueil en Bretagne :
60 000 euros par an par jeune
Cette prise en charge a un coût : de 50 000 à 60 000 euros par an et par jeune. Ce qui, compte tenu du fait qu'ils sont accompagnés pendant deux ou trois ans en moyenne, aboutit à des sommes rondelettes. Ainsi, dans le Finistère, dans les années à venir, il faudra compter avec un flux continu de 150 jeunes, souligne Pierre Maille, président du conseil général. L'Ille-et-Vilaine, elle, consacre 15 millions d'euros par an sur les 120 millions de son budget dédié à l'enfance. Mais pas question de stigmatiser ces mineurs, soulignent, avec précaution, les élus. « Ce ne sont pas des délinquants mais des jeunes qui quittent leur pays en espérant venir gagner de l'argent pour l'expédier à leur famille, souligne Claudy Lebreton, président du conseil général des Côtes-d'Armor et de l'Assemblée des départements de France. Nous devons d'autant plus les accueillir que nous avons un devoir par rapport à des territoires dont, par le passé, nous avons exploité les richesses. »



vendredi 20 décembre 2013

Pierre Hillard : Comprendre la stratégie géo-politique du Nouvel Ordre Mondial


Pierre Hillard, docteur en Science politique, est professeur de Relations internationales. Ses travaux portent notamment sur l’instrumentation de l’Union Européenne par les États-Unis en vue de la constitution d’un bloc économique euro-atlantique passant par une "régionalisation" de l’Union Européenne et un démantèlement des pays arabes.

Pierre Hillard, dans cette émission de la chaine web Méta TV (quatre heures) explique en direct, à l'appui de cartes et  documents originaux, les réels dessous des décisions politiques, la stratégie sous-jacente dans ses dimension socio-culturelle et religieuse, éclairant les objectifs de ceux qui "tiennent" le pouvoir et ceux qui dans l'ombre les manipulent. Une excellente synthèse de ce que nous a infligé et nous réserve le "Nouvel Ordre Mondial".















Hery Rajaonarimampianina : "Tout montre que je vais gagner la Présidentielle"




Hery Rajaonarimampianina : "Tout montre que je vais gagner la Présidentielle"





Hery Rajaonarimampianina est arrivé au second tour de la Présidentielle malgache, face à son adversaire Jean-Louis Robinson. Malgré la situation difficile de Madagascar, le candidat soutenu par le Président de transition, Andry Rajoelina, qui l’avait nommé ministre des Finances en 2009, se dit confiant pour l’avenir de son pays. Il a accordé une interview exclusive à Afrik.com.



Madagascar est dans une grande impasse. Mais Hery Rajaonarimampianina se dit prêt à relever les défis auxquels fait face la Grande Île. Natif d’une banlieue nord de la capitale malgache, Antananarivo, il est issu d’une famille modeste. Après avoir intégré l’université d’Antananarivo, il obtient une maîtrise en économie, puis poursuit ses études au Canada, avant d’obtenir ses diplômes en finance, comptabilité et d’expertise comptable. De retour à Madagascar, il devient directeur d’études à l’Institut national de sciences comptables et de l’administration d’entreprise (INSCAE) entre 1991 et 1995. Il crée ensuite un cabinet d’expertise comptable, "Auditeurs Associés" et commissariat aux comptes. Celui-ci conseille les principaux dirigeants d’entreprise de Madagascar. En 2009, il est nommé ministre des Finances et du Budget par le Président de transition, Andry Rajoelina, qui lui a apporté son soutien à la présidentielle. Hery Rajaonarimampianina a posé sa candidature au scrutin sans parti politique, mais sous la bannière de l’association "Hery Vaovao hoan’i Madagasikara", qui signifie "Force nouvelle pour Madagascar".

Afrik.com : Quels sont concrètement vos ambitions pour Madagascar ?
Hery Rajaonarimampianina :  Ma première ambition est de lutter contre la pauvreté. Je veux mettre en place une politique de développement durable et une politique économique inclusive, qui prend en compte toutes les forces vives du pays, car elles doivent participer au redressement du pays. Je veux réinstaurer l’autorité de l’État qui fait défaut depuis de nombreuses années à Madagascar. Je pense aussi que la restauration de la confiance entre les politiques et la population est très importante. Je veux aussi mettre en place une justice impartiale à Madagascar et lutter contre la corruption, ainsi que promouvoir un développement harmonieux de toutes les régions de Madagascar. Il s’agit d’instaurer une décentralisation économique, car on ne peut pas asseoir une véritable démocratie sans développement de l’arrière-pays.

Afrik.com : Mais aurez-vous les moyens de réaliser ce programme, sachant que Madagascar est mis au ban de la communauté internationale et que les bailleurs de fonds ont fui le pays depuis de nombreuses années ?
Hery Rajaonarimampianina : Je pense que tout est une question de confiance. Mais je tiens quand même à préciser que les sanctions internationales ne sont pas tombées sous le régime de transition, mais sous le régime de Marc Ravalomanana et de son gouvernement. Ils ont été sanctionnés pour leurs nombreuses dérives et leur gestion calamiteuse du pays. Je serai en mesure de discuter avec les investisseurs et j’ai l’intention de faire revenir les bailleurs de fonds à Madagascar. Je veux leur parler des projets d’avenir que j’ai pour le pays et de mes engagements de politique de bonne gouvernance. Mais il n’y a pas que les bailleurs de fonds qu’il faut convaincre de revenir investir, il y a aussi les investissements directs à l’étrangers (les IDE). Je veux donc mobiliser le secteur privé et assurer qu’on va mettre en place un cadre juridique qui leur permettra d’investir à Madagascar en toute sécurité.

Afrik.com : La situation de Madagascar est plus que critique. Selon le dernier rapport de la Banque mondiale, près de 92% des Malgaches vivent avec moins d’un dollar par jour. Pensez-vous avoir suffisamment de capacités pour redresser le pays ?
Hery Rajaonarimampianina :
J'ai la conviction et les capacités pour redresser Madagascar. Et pour y arriver, je compte mobiliser toutes les forces vives du pays. Depuis 50 ans, Madagascar vit dans la pauvreté, alors que le pays possède beaucoup de ressources naturelles et humaines d’ailleurs. Madagascar a par exemple d’énormes ressources marines qui sont inexploitées.

Afrik.com : Depuis 2009, vous étiez aux commandes du ministère des Finances. Or le bilan de la transition est très négatif. N’estimez-vous pas avoir aussi une part de responsabilités dans la situation actuelle du pays ?
Hery Rajaonarimampianina : Mais le bilan de la transition n’a pas été que négatif, il faut quand même être honnête. On ne peut de toute façon pas désigner un responsable de la situation actuelle du pays, car toutes les forces politiques du pays ont participé à la transition. Si le régime de transition a autant duré, c’est parce que les uns et les autres n’ont pas fait ce qu’il fallait faire pour l’organisation d’élections. Mais le Président Rajoelina souhaitait depuis très longtemps que des élections se tiennent.

Afrik.com : Lorsque vous étiez ministre des Finances, une fonction d’envergure, vous n’avez pas réussi à faire bouger les lignes. En quoi cela changera-t-il si vous êtes élu à la tête du pays ?
Hery Rajaonarimampianina : D’abord la position que j’avais dans le cadre du régime de transition ne sera pas la même lorsque je serai élu Président. Dans le régime de transition, je n’avais pas un pouvoir particulier pour développer le pays. Mais j’ai quand même effectué des choses positives. La monnaie malgache n’a pas été dévaluée. Durant toute la période de la transition, tous les fonctionnaires ont été payés rubis sur ongle. Et il est vrai que j’ai appliqué une politique de rigueur et d’austérité, mais aussi une bonne gouvernance.

Afrik.com : Lors d’un face-à-face télévisée le 11 décembre, votre adversaire Jean-Louis Robinson, soutenu par le Président déchu, Marc Ravalomanana, vous a traité de putschiste. Est-ce le cas puisque vous êtes soutenu par celui qui a mené ce coup d’État ?
Hery Rajaonarimampianina : (Il rit !) Je ne considère pas Jean-Louis Robinson comme un adversaire mais comme un concurrent. Il vit toujours dans une autre époque et c’est bien dommage pour un candidat à la Présidentielle. Monsieur Ravalomanana a démissionné. Il a signé une lettre de démission. Donc je ne vois pas pourquoi on parle de putschiste.

Afrik.com : Mais vous savez qu’il n’a pas démissionné de son plein gré…
Hery Rajaonarimampianina : Il n’est plus au pouvoir parce qu’il n’a pas convaincu le peuple, c’est tout.

Afrik.com : L’histoire de Madagascar a été troublée par des coups d’État à répétitions. Vous-même n’êtes pas à l’abri d’un renversement si vous êtes élu. Que comptez-vous faire contre cette menace ?
Hery Rajaonarimampianina : On n’est jamais à l’abri de ce genre de situation. Je pense que lorsqu’on a le soutien de la population, ce genre de chose ne peut pas se produire. C’est pour cela que je pense que le plus important c’est de rétablir la confiance entre les dirigeants du pays et la population. C’est vraiment ce qui manque à Madagascar. Et c’est une tache à laquelle je vais m’atteler.

Afrik.com : Le fait que vous soyez officiellement soutenu par Andry Rajoelina et Jean-Louis Robinson par Marc Ravalomanana n’est-il pas anti-démocratique, compte tenu de leur poids dans le pays ?
Hery Rajaonarimampianina : On ne travaille pas de la même manière que Jean-Louis Robinson. Jean-Louis Robinson utilise la carte Ravalomanana pour réussir et atteindre ses objectifs. Il brandit cette carte en promettant à Marc Ravalomanana qu’il le fera revenir dans le pays et qu’il nommera son épouse, Lalao Ravalomanana, Premier ministre.

Afrik.com : Mais n’est-ce pas votre cas aussi ?
Hery Rajaonarimampianina : Non, parce que moi je suis le candidat de l’ouverture. Je suis un rassembleur. J’invite toutes les bonnes volontés et forces vives du pays à s’unir autour du projet de redressement de Madagascar.

Afrik.com : Y compris les partisans de Marc Ravalomanana ?
Hery Rajaonarimampianina : Oui bien sûr ! Même les partisans de Marc Ravalomanana qui veulent bien se joindre à ce projet sont les bienvenus. D’ailleurs, une grande partie de ses partisans m’ont rejoint et me soutiennent.

Afrik.com : Comment avez-vous réagi aux propos d’Andry Rajoelina qui a indiqué au journal Le Monde qu’il est sûr que vous serez le vainqueur de la Présidentielle ?
Hery Rajaonarimampianina : Comme tout le monde, il a dit ce qu’il pensait. Mais de toute façon, seul le verdict des urnes tranchera, car c’est le peuple qui choisira son futur Président. Mais tout montre que je vais gagner.

Afrik.com : Si vous êtes élu Président, qui dirigera réellement Madagascar ? Andry Rajeolina ou vous ?
Hery Rajaonarimampianina : (Il rit de nouveau) Il n’y a qu’un seul fauteuil. C’est donc moi qui serai le Président et dirigerai Madagascar.